L’étrange cas du docteur jekyll et de m.hyde (analyse)

4784 mots 20 pages
L’étrange cas du docteur Jekyll et de M.Hyde
En quoi le livre de Stevenson illustre-t-il la théorie de la dualité de la personne de manière réaliste dans la société anglaise de la fin du XIXème siècle ?

Dossier outil : Dr Jekyll et M. Hyde
1) Introduction : Pour commencer, les grandes années d’écriture de Stevenson se situent plus ou moins sur une période de plus ou moins quinze ans. Sa première œuvre reconnue est L'île au trésor (Treasure Island) écrite en 1883 et son dernier livre est St Yves, composé en 1897. Stevenson écrivait donc en pleine époque où le naturalisme dominait le monde de la lecture et des arts.

En guise de rappel, le naturalisme est un mouvement artistique (notamment d’une part littéraire) qui se doit d’exprimer la réalité de manière objective et sans recherche d’une quelconque esthétique. Il est aussi guidé par la science (qui était alors pleine en émergence). La littérature naturaliste a connu de grands écrivains tels que son célèbre chef de fils : Émile Zola, auteur d’œuvres comme Germinal.

Mais ne nous égarons pas et revenons à notre auteur de base : Robert Louis Stevenson. Celui-ci écrivait en pleine période naturaliste alors qu’il ne l’était pas ! Considérons le comme un auteur de romans d'aventures (L'Île au trésor, Treasure Island) ou de récits à caractère plus fantastique (L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde, Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde).Robert Louis est totalement anti-naturaliste, son œuvre met en avant les lois de la fiction mais sans tomber intégralement dans le « surréelle ». Autrement dit, Stevenson écrit de l’irréel plus précisément il tente d’expliquer des phénomènes réels à l’aide de métaphores ou d’allégories.

Par exemple, dans le livre que nous avons choisi : L'étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (Strange case of Dr Jekyll and Mr Hyde) la transformation du bon vers le mauvais serait une allégorie au niveau de l’hypocrisie social qui régnait en Angleterre à l’époque victorienne.

en relation

  • Synthèse sur l'ubris
    1536 mots | 7 pages