L'écriture du constat au cinéma entre allemagne année zéro et 71 fragments d'une chronologie du hasard

Pages: 10 (2337 mots) Publié le: 6 janvier 2011
INTRODUCTION

L’idée de ce devoir sur « l’écriture du cinéma » nous est venu en regardant Allemagne année zéro de Rossellini, film emblématique du néo-réalisme italien s’il en est. Les sous-titres français de l’édition dvd du Monde font apparaître un texte à la suite du carton, qui n’est présent ni à l’écran, ni en voix off… C’est donc l’idée d’un texte absent de l’image et du son, absent dufilm, en quelque sorte, puisqu’il disparaît lorsque l’on désactive l’option « sous-titre » ; qui nous a le plus charmé. Un texte fantôme pour un art fantomatique, rien de plus excitant pour un cours qui ne s’intéresse ni à la critique, ni au scénario lorsqu’il parle de l’écriture du cinéma.

Ce texte le voici : « Ce film, tourné à Berlin l’été 1947, ne veut qu’être un tableau objectif et fidèle decette ville immense à demi détruite où 3 millions et demi de personnes vivent une vie désespérée sans presque s’en rendre compte. La tragédie leur est naturelle non pas par grandeur d’âme, par lassitude. Ce n’est pas un acte d’accusation contre le peuple allemand, ni sa défense. C’est un constat. Mais si quelqu’un après avoir vu l’histoire d’Edmund pense qu’il faut apprendre aux enfants allemandsà re-aimer la vie, l’auteur de ce film aura sa récompense. ». Quarante-cinq ans plus tard, Michael Haneke réalise 71 fragments d’une chronologie du hasard, le texte d’introduction aurait pu être similaire. Un demi-siècle d’évolution du cinéma plus tard, les mêmes idées reviennent : un tableau, l’enfance, la tragédie, le constat. Et si c’était ça le cinéma ?

ALLEMAGNE ANNEE ZERO &
71FRAGMENTS D’UNE CHRONOLOGIE DU HASARD,
même combat ?

De nombreuses similitudes nous permettent de rapprocher ces deux films. Tout deux réalisés après une grande guerre (la 2nde guerre mondiale et la guerre froide) ces deux films, présentés comme héritage de l’époque qui vient de s’achever, se concluent sur un drame : un enfant se suicide en se jetant du haut d’une immeuble en ruine, dans le premier,et un étudiant assassine au hasard trois personnes dans une banque, avant de se suicider dans sa voiture, dans le second. Mais ce que partagent ces deux films de bien plus important et intéressant que des scénarios presque semblables, c’est leur point de vue. Rossellini et Haneke ont fait le choix d’une apparente objectivité, celle de présenter au spectateur un constat ; un constat dramatique etviolent.

Il est de notre opinion que l’idée même d’objectivité et de constat sont des idées fausses au cinéma. Choisir d’être objectif, ce n’est plus objectif à partir du moment où c’est un choix. Un film naît d’un point de vue, donc d’une opinion, d’une idée, d’un parti pris.
Seuls quelques films expérimentaux ont tenté d’être entièrement objectif (Koyaanisqatsi en est peut-être le pionnier)mais le succès de l’entreprise a rarement été à la hauteur de cette idée douteuse (on pense notamment à Kon-Tiki, l’exemple du témoignage cinématographique selon Bazin). Un film sans point de vue n’est pas un film, c’est une expérience plus ou moins intéressante.
L’objectivité devient alors une arme entre les mains du réalisateur pour faire entendre son point de vue.

A) La crédibilité d’unefiction-constat.

L’utilité de présenter un film comme un simple constat est double. D’une part, on facilite chez le spectateur la suspension consentie de l’incrédulité (« willing suspension of disbelief » constitutif de la foie poétique pour S. T. Coleridge), c’est-à-dire qu’on le débarrasse de ses aprioris, en lui présentant ce qu’il croit être un spectacle objectif, donc absent de l’opiniondu réalisateur. D’autre part, le traitement du sujet en est renforcé, car il y a un net détachement entre le ton de la narration et celui de l’histoire ; ce choc narratif est d’autant plus efficace concernant des sujets « dramatique » - voir La vie est belle (1998) de R. Benigni qui se base entièrement sur ce principe (la vie dans un camp de concentration tournée en jeu par un père juif pour son...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Chronologie du cinéma
  • le degré zéro de l'écriture
  • Degré zéro de l'écriture
  • Degré zéro de l'écriture
  • Degré zero l'ecriture de roman
  • Degré zéro de l'écriture
  • Le degré zéro de l'écriture
  • Chronologie d'evenement en Allemagne

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !