L'entretien d'explicitation par m.honor

Pages: 8 (1961 mots) Publié le: 30 avril 2012
L'entretien d'explicitation, technique de travail de l’erreur
Extrait de « Vouloir apprendre, pouvoir (se) comprendre », M.Honor Chronique Sociale janvier 2005


L’entretien d'explicitation, un autre type de questions posées par l'enseignant

C'est une technique d'aide à la verbalisation. Elle permet de faire émerger avec plus de précisions les représentations, notamment en ce qui concerneles procédures utilisées pour obtenir le résultat qu’on recherche. Elle a été mise au point par M. Vermersch . Elle s'est bâtie sur la méfiance de la verbalisation, et la difficulté à se comprendre soi-même et à comprendre les diverses interactions vécues avec autrui. Elle cherche donc à pallier cet obstacle parce qu'elle part aussi de l'idée que la verbalisation est la base de toute réalisationde soi, de tout apprentissage.
Elle a pour but de recueillir des données concernant les représentations (vouloir apprendre). Mais aussi, en tant qu’aide à l’apprentissage, elle a pour but de recueillir des données concernant les modes de fonctionnement de l'enfant, c'est-à-dire ses procédures mentales pour arriver à tel ou tel résultat (pouvoir apprendre), ce, afin de lui permettre d’en prendreconscience. Il n'est pas question, ici, d'étudier la technique de "l'entretien d'explicitation" dans son ensemble, qui est une méthode de psychothérapie verbale individuelle, mais simplement d'en déduire une démarche transférable en classe, qui oriente l'écoute et la parole de l'enseignant et l'aide à se recentrer efficacement sur l'élève.
Cette démarche peut aussi aider l'enseignant à prendreconscience de ses propres attitudes et à les travailler (les attitudes des uns, générant les attitudes des autres et vice versa).

Une autre approche quotidienne du dialogue en classe

On ne répond jamais aux élèves par oui, ni par non. Ce sont des réponses de contenu qui ferment la communication. À l’inverse, on pose des questions qui ouvrent la communication, c’est à dire : « À quoi tu levois ?, Comment tu le sais ? ». Ainsi, qu’on me réponde : « C’est un nom, ou ce texte ne sert à rien ; », je demande « Qu’est-ce qui te fait dire ça ? ». Et ensuite, on peut en discuter, demander l’avis des autres. Tout le monde doit justifier sa réponse. Se forment ainsi, des conflits socio-culturels ou cognitifs dont la résolution est source de complexification des représentations, doncsource d’apprentissage. De cette manière, les opérations mentales, notamment d’analyse et de synthèse, se mettent en place et s’automatisent, chez tous les élèves, même si c’est, à plus ou moins longue échéance.
On n’utilise jamais de pourquoi, ni de parce que. En effet, ce type de questionnement fait appel au rationnel, aux rapports de cause à effet, ou temporels, etc. Or justement, on veut faireémerger l’irrationnel, les émotions à la base de la réaction ou de l’action et le pourquoi bloque cette émergence.
On ne cherche pas non plus, à influencer la réponse en soufflant des réponses avec des « parce que, », du genre, « Parce que tu ne l’avais pas vu, c’est ça ? », dont l’élève se servira comme perche, pour ne pas faire d’efforts sur lui-même.
Quand le problème à l’origine du dialogueest récurrent, on peut en faire déduire des changements de comportements, soit verbalement soit en faisant comparer les procédures qui aboutissent à un résultat erroné avec celles qui aboutissent, à un résultat correct (ce qui implique qu’on l’aide à réussir avant, cf. la situation/problème), soit en s’aidant du tableau de l’intelligence émotionnelle (pour vouloir apprendre). C’est aussi unexcellent moyen de compréhension et de gestion des conflits, grâce, entre autres, au classement des représentations en six niveaux de communication interpersonnelle.

Enfin, on ne laisse jamais sans explicitation les termes génériques employés par les élèves, tels que « bien, mal, joli, laid, je réfléchis, je ne comprends pas, tout, rien, etc. Il est nécessaire de demander, Qu’est-ce qui te faire...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L’entretien d’explicitation – pierre vermersch – esf editeur, 2010
  • L'entretien
  • L'entretien
  • L'entretien
  • L'entretien
  • L'entretien
  • L'entretien
  • L'entretien de vente

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !