L'ethique protestante et l'esprit du capitalisme

Pages: 17 (4149 mots) Publié le: 24 octobre 2013
Signaler ce document

1 Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme,traduit par Isabelle Kalinowski, Flamma (...)

1Dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, les premiers « entrepreneurs » capitalistes décrits par Max Weber combinent deux fonctions qui peuvent par la suite se trouver partiellement dissociées dans le développement du capitalisme : la propriétédu capital et la direction de la production 1. C’est une logique financière, celle de l’augmentation constante du capital, qui prédomine. L’entrepreneur puritain dont Weber construit l’idéaltype réinvestit son capital au lieu de le consommer : c’est là ce qui le distingue du « riche » ou du simple « bourgeois » fortuné, avides de luxe et de dépenses somptuaires. Il produit « toujours plus d’argent» parce que la jouissance de ce dernier est indéfiniment différée (c’est la « contrainte ascétique d’épargne »). Le capitalisme moderne induit ainsi d’emblée une subordination de la production à un objectif financier : la multiplication du capital.

2 Pourtant, Weber affirme fortement, dans le même temps, que le capitalisme moderne (qu’il appelle « rationnel ») ne se confond pas avec lecapitalisme financier des « spéculateurs » et des « aventuriers » (qu’il appelle « irrationnel »). Les termes « rationnel » et « irrationnel » prêtent à confusion : ils ne signifient pas que Weber jugeait « rationnel » le capitalisme moderne mais qu’il distinguait deux types de capitalisme dont l’un (celui qu’il définit dans L’Éthique protestante) était un capitalisme rationalisé, organisé en vue d’unemaximisation et d’une pérennisation des profits que l’autre ne pouvait obtenir que de manière ponctuelle et contingente (et donc « irrationnelle » : à l’occasion d’une guerre, par exemple). Pourquoi Weber opérait-il cette distinction, alors qu’il soulignait par ailleurs l’importance de la logique financière du capitalisme moderne ? C’est que, selon lui, la spécificité du capitalisme « rationnel »,à la différence du capitalisme « irrationnel », était d’opérer la jonction entre une logique d’accumulation de profits financiers et l’exploitation d’une forme spécifique de travail « (formellement) libre ».

2 Max Weber, Histoire économique, traduit par Christian Bouchindhomme, Gallimard, 1991, p. 298.

3 La clé de la théorie wébérienne du capitalisme est donnée dans cette parenthèse : «(formellement) libre ». L’idée de fond de L’Éthique protestante – qui justifie le choix d’écarter le modèle du pur capitalisme de spéculateurs comme forme moderne du capitalisme – est que la grande invention du capitalisme « rationalisé » est d’avoir transféré, ou de tendre à transférer la contrainte d’exploitation au niveau du travailleur lui-même, jusqu’à ce qu’il devienne le premier promoteur desa propre productivité. Au capitalisme « irrationnel », celui de la rapine guerrière ou de l’exploitation extensive d’une main-d’œuvre d’esclaves, s’oppose, à terme, la « rationalité » d’un capitalisme « (formellement) pacifique », fondé, lui, sur l’apparente liberté du salarié qui ne travaille pas sous la trique mais « de son plein gré ». L’expression « (formellement) libre » doit être prise aupied de la lettre : elle signifie que le capitalisme rationnel promeut un type de travail qui est exercé dans des conditions juridiquement libres. La seule contrainte et la seule violence désormais admises sont la contrainte et la violence économiques. Le travail libre est d’abord, comme Weber l’explique dans Histoire économique, celui de « personnes qui sont non seulement dans la positionjuridique mais encore dans la nécessité économique de vendre librement leur force de travail sur le marché 2 ». La spécificité du capitalisme moderne ne réside pas dans cet exercice d’une contrainte économique, dont il n’a pas le monopole, mais dans le fait que cette violence économique est intériorisée et tend à faire de chaque individu son propre patron, quelle que soit par ailleurs la taille de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme
  • L'ethique protestante et l'esprit du capitalisme
  • L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme
  • Weber l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme
  • L'ethique protestante et l'esprit du capitalisme weber
  • L'ethique protestante et l'esprit du capitalisme WEBER
  • L'ethique protestante et l'esprit du capitalisme max weber
  • Travail sur max weber, l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !