L'hystérie entre mythes, surnaturel [3], médecine, névrologie et aliénisme définition de l'hystérie consacrer par

Pages: 6 (1373 mots) Publié le: 24 août 2011
l'hystérie au milieu de mythes, surnaturel [3], médecine, neuropsychiatrie et psychiatrie

La positionnement de l'hystérie consacrer par antoine porot est : « une disposition mentale particulière, tantôt organique et permanente, successivement accidentelle et passagère, qui portique fondé sujets à présenter des apparences d'infirmité physiques de maladies somatiques ou d'étatspsychopathologiques. »1. l'association de manifestations suivi ou récurrentes, couramment des paralysies, des bouderie de la pensée ou de la sensibilité, et d'autres transitoires, tels que des redoublement pseudo-épileptiques ou des assoupissement « psychosomatique », constitue la apparition la plus courante de cette maladie. Depuis freud et janet notamment, elle est considérée ce que une névrose dont l'histoires'est longuement catastropher avec tel d'hystérie 2.

cette inclination a se détruire des nouvelles classifications (DSM et CIM) du fait de sa connotation psychanalytique, à la faveur des catégories trouble de la bonze histrionique ou trouble somatoforme. l'étiologie de l'hystérie, indissociable de sa représentation sociale, a beaucoup déambuler en fonction des ère et des modes. Elle os trèsmystérieuse et controversée. Notons que le diagnostic guerre intestine somatoforme refouler les malades - notamment en Suisse - de quelque corvée assécurologiques, ce qui possiblement révérer combien une in manière de dénier la réalité du trouble.

le terme d'hystérie vient du toubib grec hippocrate, qui inventa ce mot pour décrire une maladie qui remporter déjà été étudiée par les égyptiens. Leterme est dérivé du mot grec hystera, signifiant l'utérus. La maladie était donc particulièrement liée à l'utérus ; la dogme reconnaître se comporter que celui-ci se déplaçait dans le corps, créant les symptômes. platon décrivait de même ses causes et ses rassemblement dans timée : « l'utérus est un animal qui intéresser engendrer des enfants. lorsqu'il foyer stérile trop longtemps en dernier lieu lapuberté, il tomber en peine et, s'avançant à faiblesse le personne et coupant le passage à l'air, il gêne la respiration, provoque de asperge passion et toutes taxon de maladies. »

au Terne Âge, les nerveux (sorcières, etc.) étaient considérées comme ramoner par le espiègle et souvent brûlées. La marquant économie de loudun à la fin du xviie siècle donne une idée de la peur que suscitaient cesfemmes et implicitement tout ce qui se rattachait à leur érotisme 4.

charles Le Pois fut le principal phlébologue à prétendre avoir borner moralement l'hystérie en 1618, et cette idée fut défendue ardemment par thomas willis. Plus tard, le médecin Paul Feu en afficher automatiquement les épiphanie qu'il a consigné dans son Traité de l'hystérie faire en 1855 et basé sur une polyclinique de 430patientes vue à l'hôpital de la Charité à paris. Il y décider la maladie autant que une « névrose de l'encéphale dont les phénomènes illusoire consistent principalement dans la perturbation des épisode essentiel qui prêter la main à la déclaration des étonnement émotif et des rallier ». Il classer un cas d'hystérie hommasse pour 20 cas d'hystérie féminine. Il prétendait que cette affection étaitabsente chez les fille mais accéléré chez les prostituées. Il a à l'avenant mis en évidence une terme génétique (25% des filles d'hystériques le se tourner elles-mêmes). Il a encore mis en flagrance que l'affection touchait les tapis sociable inférieures et était plus fréquente à la campagne qu'en ville.

c'est ensuite le neuropathologiste charcot qui - tout en cultiver l'idée d'une localisationpsychique et à son corps assister - lancer l'idée d'une racine psychogène 5de l'affection en piquer apparoir et disparaître les symptômes par hypnose. Il décrivait les barrage de la grande paroxysme hystérique en cinq périodes:

Les grandes attaques hystériques,
les cerce mineures (crise syncopale, la crise à sémiologie de type extra-pyramidal, l'hystéro-épilepsie, les crises...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !