L'illusion lyrique (ii républque)

5056 mots 21 pages
Dissertation d’histoire
Sujet : expliquer « l’illusion lyrique » expression de l’historien Philippe Vigier en analysant l’évolution de la vie politique française du 22 février au 10 décembre 1848

Philippe Vigier (1924-1995), historien spécialiste XIX è siècle évoque «l’illusion lyrique » de 1848 pour définir la période historique exceptionnelle en France qui succède à la Révolution de Février et qui voit l’avènement de la II République. En effet, l’année 1848 constitue un tournant dans la vie politique française vers la conquête de la démocratie. La chute de la Monarchie de Juillet, dans un climat de crise et de tensions sociales, semble donner naissance à une vague d’enthousiasme nationale : le peuple français quelque soit ses divergences politiques ou ses antagonismes sociaux se rallie à la République et fonde tous ces espoirs sur le nouveau régime. C’est le temps de l’ « illusion lyrique ». On peut alors tenter de comprendre la signification historique de cette expression. Autrement dit : Comment et pourquoi l’idéal de fraternité et de démocratie, né de la révolution de février, est-il devenu une illusion à la fin de l’année 1848 ? Comment le lyrisme, l’explosion d’enthousiasme collectif et unificateur né de la chute de la Monarchie de Juillet est –elle devenu illusoire quelques semaines après la formation d’un gouvernement provisoire de la nouvelle République ? Pour le savoir nous étudierions l’évolution de la vie politique française du 22 février, début du mouvement insurrectionnel parisien de février contre le gouvernement Guizot, jusqu'à la victoire écrasante de Louis Napoléon Bonaparte à l’élection présidentielle du 10 décembre 1848. En premier lieu nous analyserons les origines et l’étincelle de la Révolution de février 1848 (22,23 24) qui explique la naissance de « illusion lyrique ». Puis nous considèreront « l’esprit de 48 » ou le lyrisme des premières semaines (24 février à fin mars 1848) dans la croyance collective et profonde d’une

en relation

  • Histoire contemporaine
    16349 mots | 66 pages