L'importance du coeur dans la tragédie grecque.

750 mots 3 pages
Le choeur dans la tragédie grecque .

Le cadre historique.

Le choeur, dont l'existence remonte aux origines mêmes des représentations dramatiques, est un élément essentiel de la tragédie grecque, que celle-ci soit issue de rituels funéraires (1), de cultes dionysiaques (2) ou du dithyrambe (3), elle s'est constituée à partir du moment où a été introduit un personnage distinct (le chef de choeur ou coryphée, sans doute l'auteur lui-même), donnant la réplique au choeur par des vers non chantés. C'est à Thespis, dramaturge grec contemporain du tyran Pisistrate, dont les oeuvres théâtrales ont été perdues, qu'est attribuée cette innovation : il aurait ainsi fait représenter la première tragédie vers 535 à Athènes, à l'occasion de la fête des Grandes Dionysies (4). Vers 510 Phrynicos inventa le premier acteur ou protagoniste : masqué comme les choristes, il pouvait jouer plusieurs rôles. Puis, au Vè siècle, Eschyle institua le deuxième acteur ou deutéragoniste, et Sophocle le troisième ou tritagoniste :

" Eschyle le premier porta de un à deux le nombre des acteurs, diminua l'importance du choeur et donna le premier rôle au dialogue ; Sophocle porta le nombre des acteurs à trois et fit peindre la scène ".

Aristote, Poétique, 1449 a, Paris, Les Belles Lettres, 1932, pp. 34-35.

La tragédie atteignit rapidement son apogée. Athènes connaissait alors la période la plus brillante de son histoire : les guerres médiques lui avaient permis d'asseoir son hégémonie sur les autres cités grecques et d'être à la tête de la ligue de Délos (477) ; les réformes politiques de Clisthène et d'Ephialtès avaient contribué à instaurer un régime de démocratie directe ; Périclès (5) avait poursuivi leur action (entre 460 et 429), renforcé la puissance athénienne et il s'était mis à embellir la cité de nombreux temples et monuments. Les Grandes Dionysies attiraient désormais d'immenses foules venues " de tous les horizons où l'on parlait le grec " (Baldry, Le théâtre tragique des

en relation

  • Commentaire composé : L'aveu de Phèdre
    1169 mots | 5 pages
  • Analyse electre sophocle
    2953 mots | 12 pages
  • Antiquité histoire littéraire
    2505 mots | 11 pages
  • Analyse de la scène de reconnaissance d'oreste dans l'electre de sophocle
    2921 mots | 12 pages
  • Le théâtre grec
    700 mots | 3 pages
  • Tragique
    4319 mots | 18 pages
  • Tragédie
    4968 mots | 20 pages
  • Test The A Tre Finitions
    1834 mots | 8 pages
  • Tragédie grecque
    8749 mots | 35 pages
  • Médée - citation antoine vitez: la tragédie c’est « l’histoire des larmes »
    4150 mots | 17 pages