L'ouvrier et la Kolkhozienne, Vera Moukina

1257 mots 6 pages
Vera Moukhina, l’ouvrier et la kolkhozienne

I. Biographie de Vera Moukhina
Vera Ignatievna Moukhina est née le 19 juin 1889 à Riga (Lettonie) et est décédée le 6 octobre 1953 à Moscou (Union soviétique).C’est une sculptrice soviétique.
Vera Moukhina est issue d'une famille aisée de négociants russes de Leningrad. Elle a été baptisée à l'église de l'Annonciation de cette ville, alors capitale du gouvernement de Livonie, mais elle passe son enfance de 1892 à 1904 à Théodosie, où elle reçoit sa première éducation artistique. Après avoir terminé le lycée, elle poursuit ses études à Moscou, où elle apprend le dessin.
Elle était artiste du peuple de l'URSS et n'aimait pas les membres actifs de l’Académie des Beaux-Arts de l'URSS. Elle a remarquablement contribué au développement de la sculpture monumentale et du portrait soviétiques. On peut parler, à propos de son œuvre, d'art officiel. Sa sculpture la plus célèbre L'Ouvrier et la Kolkhozienne fut érigée à Paris sur le toit du pavillon de l'Union soviétique lors de l'exposition universelle de 1937. La confrontation artistique avec le pavillon allemand surmonté, lui, d'un aigle colossal, fut un événement très remarqué.
Cependant, Vera Moukhina a travaillé à d'autres formes artistiques, en créant notamment des décors pour le théâtre ainsi que des costumes. Elle a également touché aux arts décoratifs, avec la création en 1940 de verres à facettes et des lignes de vêtements.

II. Description de l’œuvre
L’ouvrier et la kolkhozienne est une sculpture de Vera Moukhina. C’est une sculpture qui fait partie du mouvement artistique « réalisme ». Elle mesure 25 mètres de haut, pèse 80 tonnes et est réalisée en plaques inoxydables donnant un aspect gris-blanc très brillant qui surmonte le pavillon de l’URSS durant l’exposition universelle de 1937 à Paris.
Un ouvrier brandissant un marteau et une kolkhozienne (paysanne) brandissant une faucille qui ont l’air d’être projetés vers l’avant (ils ont tous deux, un pieu

en relation

  • comment provoquer un évanouissement ?
    383 mots | 2 pages