De la recherche de la vérité

par

Résumé

Nicolas Malebranche est un philosophe qu'on associe très souvent à Descartes. De la recherche de la vérité nous permet de constater que l'association n'est pas abusive. En effet, dans son Discours de la méthode, Descartes poursuit, entre autres, la quête suivante : découvrir l'indubitable. Il écarte tout ce dont il n'est pas sûr, et ce n’est pas peu de choses, puisqu'il met tout en doute. Ce qu'il reste à la fin, c'est qu'il pense. Même quand plus rien n'est certain, il y a quelque chose qui nous permet de formuler cet incertain et cela, c'est bel et bien indubitable. Nous sommes des êtres pensants : c'est la vérité première à partir de laquelle on peut reconstruire toute la pensée. Malebranche avec cet essai s'inscrit directement dans cette lignée philosophique. Dès le titre, il annonce que sa démarche est similaire. Mais quel sera son résultat ?

 

            Dès la préface, le lecteur peut sentir que Malebranche prend un autre parti. L'influence principale ici est celle de Saint-Augustin, grand philosophe résolument chrétien. Malebranche s'étonne de constater que les philosophes étudient souvent le rapport entre l'âme et le corps qu'elle habite, mais jamais le rapport entre l'âme et Dieu, qui lui paraît autrement plus important. Il explique ce manquement du fait que le péché originel, et la punition qui en découle, ont dissimulé ce second lien aux hommes, au profit du premier. Ainsi les hommes, tout au long de leur vie, des plus pauvres aux plus riches, des plus incultes aux plus savants, cherchent davantage à flatter leur corps que leur esprit. Or le corps, pulsionnel, animal, plonge les hommes dans la confusion et l'erreur. Malebranche tient à aider les hommes à dépasser cela et insiste pour que chacun partage cette vérité. On est donc déjà bien loin...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de De la recherche de la vérité