L’inquiétante étrangeté et autres essais

par

Introduction

L’œuvre de Sigmund Freud présente certaines difficultés car on ne saurait exactement sous quelle catégorie la placer tant son contenu est diversifié. En effet, Freud y parle de psychologie, de littérature, de philosophie, de psychanalyse et même de poésie dans une certaine mesure. L’auteur y souligne le concept de l’inconscient, et nous pouvons en conclure que ce corpus a pu lui servir à approfondir la notion de psychanalyse et à familiariser le monde avec sa théorie. L’ajout de la série d’essais lui permet de créer une nouvelle œuvre à la suite de Das Unheimliche (L’inquiétante étrangeté) publié plus tôt en 1919. Dans cette dernière, Freud nous plonge dans les méandres de notre quotidien. Il propose d’identifier les raisons pour lesquelles il peut soudainement s’avérer comique. Le mélange et la diversification qui caractérisent cette œuvre rendent son analyse difficile selon un schéma classique. Cette difficulté s’avère plus poussée car même la traduction, l’interprétation et l’analyse du titre sont sujets à controverse. Cette nature complexe de l’œuvre est soulignée dès la préface « Mais le terme n’est-il pas, comme l’avait compris Marie Bonaparte, sans équivalent en français ? Freud, lui-même, ayant consulté de nombreux dictionnaires, constatait que dans beaucoup de langues, un mot désignant cette nuance particulière de l’effrayant fait défaut » et c’est donc avec beaucoup de prudence que nous allons procéder à l’analyse de ce corpus.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Introduction >

Dissertation à propos de L’inquiétante étrangeté et autres essais