La mort heureuse

par

L’amour

L’amour est un thème prédominant dans notre œuvre. D’abord, il y a l’amour que Mersault porte à sa mère. À travers ce personnage, Camus illustre la force du lien qui existe entre une mère et son fils. Ce lien est encore plus fort dans le cas de Mersault qui a reçu une éducation uni-parentale. Elle l’a élevé toute seule. Cette mère courage est malheureusement atteinte d’une maladie rare et d’un diabète qui s’est aggravé à cause de sa vie peu enviable. Elle a transporté ce fardeau des années durant, agonisante et a finit par décéder : « Elle avait du diabète qu'elle avait négligé et enrichi encore par sa vie insouciante. Il avait été contraint d'arrêter ses études et de travailler. Jusqu'à la mort de sa mère, il avait continué à lire et à réfléchir. Et pendant dix ans, la malade supporta cette vie. Ce martyre avait tant duré que ceux qui l'entouraient prirent l'habitude de sa maladie et oublièrent qu'atteinte gravement elle pouvait succomber. Elle mourut un jour. » (p.20-21). C’est ainsi que Mersault devient orphelin et tout le monde le plaint. Par amour pour sa mère, qui a elle aussi tout donné pour lui, il abandonne ses études et commence à travailler très jeune. Par amour pour cette mère et malgré le caractère piteux de leur maison familiale, il décide d’y rester après son décès. Même lorsqu’il est enfin en mesure de mieux se loger, il décide de ne pas quitter cette maison qui lui rappelle la pauvreté, la misère, l’indigence mais surtout l’amour de sa mère : « Il eût pu se loger plus confortablement, mais il tenait à cet appartement et à son odeur de pauvreté. Là, du moins, il...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’amour >

Dissertation à propos de La mort heureuse