La mort heureuse

par

L’amour

L’amour est un thème prédominant dans notre œuvre. D’abord, il y a l’amour que Mersault porte à sa mère. À travers ce personnage, Camus illustre la force du lien qui existe entre une mère et son fils. Ce lien est encore plus fort dans le cas de Mersault qui a reçu une éducation uni-parentale. Elle l’a élevé toute seule. Cette mère courage est malheureusement atteinte d’une maladie rare et d’un diabète qui s’est aggravé à cause de sa vie peu enviable. Elle a transporté ce fardeau des années durant, agonisante et a finit par décéder : « Elle avait du diabète qu'elle avait négligé et enrichi encore par sa vie insouciante. Il avait été contraint d'arrêter ses études et de travailler. Jusqu'à la mort de sa mère, il avait continué à lire et à réfléchir. Et pendant dix ans, la malade supporta cette vie. Ce martyre avait tant duré que ceux qui l'entouraient prirent l'habitude de sa maladie et oublièrent qu'atteinte gravement elle pouvait succomber. Elle mourut un jour. » (p.20-21). C’est ainsi que Mersault devient orphelin et tout le monde le plaint. Par amour pour sa mère, qui a elle aussi tout donné pour lui, il abandonne ses études et commence à travailler très jeune. Par amour pour cette mère et malgré le caractère piteux de leur maison familiale, il décide d’y rester après son décès. Même lorsqu’il est enfin en mesure de mieux se loger, il décide de ne pas quitter cette maison qui lui rappelle la pauvreté, la misère, l’indigence mais surtout l’amour de sa mère : « Il eût pu se loger plus confortablement, mais il tenait à cet appartement et à son odeur de pauvreté. Là, du moins, il rejoignait ce qu'il avait été et dans une vie dont volontairement il cherchait à s'effacer, cette confrontation sordide et patiente lui permettait de se référer encore à lui-même dans les heures de tristesse et de regret » (p.21). Camus nous montre ici l’attachement spirituel entre Mersault et sa mère. Cet appartement est un refuge et une prison à la fois, il semble retenir l’âme de sa mère captive et lui ne peut s’en éloigner car il tient à continuer à vivre auprès d’elle. L’amour de Mersault pour sa mère transcende le temps et l’espace, il est intemporel. Dans cet appartement, tout est resté pareil, le jeune homme n’a effectué aucun changement : « Il avait laissé sur la porte un bout de carton gris, effrangé au bord, où sa mère avait écrit son nom au crayon bleu. Il avait gardé le vieux lit de cuivre, recouvert de satinette, le portrait de son grand-père avec sa petite barbe et ses yeux clairs immobiles » (p.22). Il souffre de l’absence de sa mère.

L’amour tient définitivement le haut du pavé dans l’œuvre. Après cet amour maternel et filial, le sentiment amoureux entre en scène. Une autre femme finit par attirer l’attention de Mersault. Ce dernier, habitué à l’exclusivité de l’amour de sa mère, est possessif, or un jeune femme, Marthe, réussit à ravir son cœur. L’amour qu’il ressent pour elle est teinté de jalousie meurtrière car il ne supporte pas qu’une autre personne puisse regarder amoureusement celle qui a capturé son cœur. Dès qu’il constate qu’elle fait l’objet de la convoitise d’un autre, il l’assomme de questions : « Qui est-ce ? » dit-il, attendant le "qui ?" parfaitement naturel qui ne manqua pas de venir en effet. » (p.27). Camus poursuit : « Mersault sentit des flots de sang monter à ses tempes. Devant son regard devenu noir, les brillantes couleurs de ce décor idéal où il vivait depuis quelques heures étaient soudain souillées de suie. Qu'avait-il besoin de l'entendre dire. Il en était sûr, cet homme avait couché avec Marthe. Et ce qui grandissait en Mersault comme une panique c'était l'idée de ce que cet homme pouvait se dire. Il le savait bien, lui qui avait pensé de même : "Tu peux toujours crâner" » (p.28). Notre personnage principal est à la recherche du bonheur. N’ayant pas pu savourer pleinement ce bonheur au côté de sa mère, partie trop tôt, il est décidé à ne pas laisser son bonheur lui échapper une seconde fois. Il veut savoir qui Marthe a eu pour amants avant lui, il veut être le centre de son univers.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’amour >