Table des matières

L’Alchimiste

par

Résumé

L’Alchimiste est un roman écrit en portugais par l’écrivain brésilien Paulo Coelho en 1988 et traduit en français en 1994.

Santiago est un jeune berger qui vit en Andalousie, à une époque indéterminée. Il mène paisiblement son troupeau de moutons de pâtures en points d’eau. Il lit parfois, car il a été instruit, dans sa prime jeunesse, afin de devenir prêtre. Une nuit, alors qu’il est endormi dans une vieille église abandonnée au milieu de laquelle pousse un sycomore, il rêve qu’un enfant le conduit devant les pyramides d’Égypte et lui annonce qu’un trésor l’y attend. Comme il se rend, pour vendre la laine de ses brebis, à la ville de Tarifa, il consulte une vieille gitane qui lui conseille de considérer son rêve au sens le plus littéral.

Alors qu’il s’installe pour lire sur une place, un vieil homme s’assied à ses côtés. Il s’agit d’un vieux roi de Salem nommé Melchidésec, qui lui apprend l’existence d’une chose merveilleuse : la Légende Personnelle ; chaque homme en a une, et il appartient à chacun de savoir lire les signes qui apparaissent pour parvenir à vivre cette légende. C’est une chose capitale : l’univers entier conspire pour que la Légende Personnelle s’accomplisse, mais il faut être prêt à suivre les signes. Si Santiago veut vivre sa Légende Personnelle, il lui faut vendre son troupeau, traverser la mer et se rendre en Égypte. En cadeau, le vieux roi offre au berger deux pierres, une blanche et une noire, appelées Ourim et Tourim, qu’il porte sur un pectoral d’or. Ces pierres l’aideront quand il devra prendre une décision. Santiago vend son troupeau et quitte l’Andalousie. Il traverse la mer et arrive à Tanger, au Maroc.

Là, le naïf berger a tôt fait de se faire dépouiller par le premier voleur qui passe, et se retrouve sans un sou vaillant, dans un pays dont il ne parle pas la langue, à des milliers de kilomètres des pyramides.

Il se lie d’amitié avec un marchand de cristaux, un homme bon mais désabusé, qui l’invite à travailler avec lui dans sa boutique. Les idées neuves de Santiago bouleversent le commerce somnolent du marchand, qui voit son échoppe attirer de plus en plus de clients. En un an, Santiago amasse assez d’argent pour acheter un chameau et se joindre à une caravane qui va traverser le désert vers la grande oasis de Fayoum, en Égypte. Dans la caravane se trouve un Anglais avec qui Santiago se lie d’amitié. L’Anglais se rend à Fayoum afin d’y rencontrer un alchimiste qui, il l’espère, l’initiera aux mystères du Grand Œuvre. Il emporte avec lui quantité de livres, qu’il prête volontiers à Santiago. Ce dernier s’instruit sur l’alchimie, dont la sagesse première tient tout entière gravée sur une petite tablette d’émeraude. Mais il apprend bien plus sur lui-même et le monde en contemplant l’infini désert et en écoutant son silence.

Le voyage est très long et très dangereux : une guerre se livre entre tribus du désert, et la caravane ne se trouve en sécurité qu’une fois arrivée à l’oasis de Fayoum, car les oasis sont des terres neutres dans le conflit. Immédiatement, Santiago et l’Anglais se mettent en quête de l’alchimiste. C’est à ce moment que l’ancien berger rencontre une jeune fille, Fatima, dont il tombe éperdument amoureux. Il veut l’épouser, mais elle lui répond qu’elle ne l’acceptera comme mari que quand il sera allé au bout de sa quête. Le véritable amour ne doit pas être un obstacle sur le chemin de la Légende Personnelle.

Un jour, Santiago voit deux oiseaux de proie se battre dans le ciel, et interprète le signe : l’oasis va être attaquée ! Il avertit les sages de l’oasis, et sauve ainsi la paisible communauté qui se défend contre les assaillants. Un cavalier surgit devant lui : c’est l’Alchimiste. Ce dernier le prend sous son aile et l’aide à parfaire ses connaissances sur la Légende Personnelle et l’alchimie : il ne faut pas se contenter de chercher le trésor au bout de la Légende Personnelle, il faut vivre pleinement la Légende. Montés sur deux chevaux, les deux hommes quittent l’oasis et se dirigent vers les pyramides. Mais le pays est encore en guerre. Chemin faisant, une tribu de puissants guerriers vêtus de bleu leur barre la route. On les accuse d’être des espions. L’Alchimiste déclare alors au chef de la tribu que son compagnon, Santiago, peut se transformer en vent, et détruire le camp de tentes de la tribu guerrière. Le jeune homme, qui n’est pas magicien, ne sait que faire : il entre alors dans une profonde méditation, au cours de laquelle son cœur parle avec le sable, le vent, le soleil, et Dieu lui-même : il est en communion avec l’Âme du Monde. Un terrible simoun se lève et ravage le camp. Impressionné, le chef libère les deux voyageurs.

Les pyramides sont bientôt là, et c’est le moment où Santiago et l’Alchimiste se séparent. Il est temps pour Santiago de creuser le sable à la recherche de son trésor. Il est interrompu dans sa tâche par des malandrins qui le battent comme plâtre avant de l’abandonner. L’un d’entre eux lui reproche d’avoir suivi un rêve insensé. Santiago se souvient alors que c’est dans une petite chapelle abandonnée qu’il a rêvé à son trésor, en Andalousie, près d’un sycomore. Santiago comprend alors où est le trésor qui lui est destiné.

Il retourne en Espagne, retrouve la chapelle au sycomore, et entre en possession d’anciennes pièces d’or, de pierres précieuses et de masques en or. Par-dessus tout, il comprend que ce voyage initiatique lui a apporté mille fois plus que la valeur des joyaux dont il est maintenant le maître. Et il peut, enfin, retourner à l’oasis de Fayoum auprès de Fatima. Sa quête est achevée. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >