Les jeux et les hommes

par

Résumé

Introduction

 

         Cette introduction forme, selon les propos mêmes de Roger Caillois, un « plaidoyer pour l'esprit de jeu ». Bien que le jeu soit gratuit, du moins en apparence, et que cela le discrédite auprès des esprits sérieux, il est, d'après Caillois, une manifestation particulièrement haute de culture, une preuve d'éducation morale et de progrès intellectuel. Pour démontrer cela, Caillois commence par détailler les différents sens qu'on accorde au terme. Il apparaît que, dès lors que survient la notion de jeu dans le langage, il est question d'équilibre entre loi et liberté. Ainsi Caillois identifie des modèles civilisateurs dans les jeux : ceux-ci mettent en place un univers réglé, qui évoque la structuration de la société contre l'anarchie primitive. Caillois citant Huizinga va jusqu'à démontrer que les hautes instances républicaines, la justice, le gouvernement, suivent des logiques ludiques – par exemple la règle d'alternance des partis au pouvoir. Il en va de même d'ailleurs pour les arts et la guerre, où la créativité d'une part et la violence d'autre part ont à s'organiser de manière conventionnelle. Dans le jeu, en bref, on peut suivre « le progrès même de la civilisation dans la mesure où celle-ci consiste à passer d'un univers...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Les jeux et les hommes