Les Rougon-Macquart

par

Présentation

C'est en 1871 – le Second Empire est à l'agonie – que paraît le premier tome des Rougon-Macquart. C'est le début d'une aventure littéraire extraordinaire, menée par un seul homme : Émile Zola.

La parution des vingt volumes de cette œuvre gigantesque s'étalera sur vingt ans. Zola veut décrire deux choses : d'une part l'histoire d'une famille sous le Second Empire, et d'autre part ce Second Empire lui-même, avec ses vices, ses compromissions, sa pourriture cachée par les flots d'or des affairistes. En outre, il veut exposer chaque milieu de la société du temps, les plus riches mais aussi les plus humbles, les plus misérables, ceux que le formidable mouvement d'enrichissement provoqué par l'arrivée de Napoléon III sur le trône a oubliés au passage.

Le support de ce magistral tableau est une famille du Sud-Est de la France, originaire de la ville de Plassans (transposition d'Aix-en-Provence). La racine de cette famille est une femme, Adélaïde Fouque, qui a eu des enfants avec deux hommes : de là sortent les deux branches maîtresses de l'arbre généalogique : les Rougon d'une part, notables de Plassans, et les Macquart, marqués par l’alcoolisme de l’homme dont est issue la lignée. Ajoutons à ce tableau que la vieille Adélaïde est fragile de la tête. Elle deviendra folle quand sont petit-fils mourra dans ses bras, et sera enfermée dans un asile d'aliénés. Voilà d'où proviennent les fascinants...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Présentation >

Dissertation à propos de Les Rougon-Macquart