L'Homme qui a séduit le soleil

par

Résumé

L’Homme qui a séduit le soleil est un roman de l’auteur français Jean-Côme Noguès publié en 2008.
C’est une œuvre historique richement illustrée, particulièrement appréciée du
jeune public. L’intrigue se déroule au XVIIème siècle et a pour cadre le monde
du théâtre, dans divers contextes.

Gabriel,
un orphelin de douze ans, réside à Paris et rêve de devenir comédien. N’ayant
pas assez d’argent, il dort dans une vieille maison infestée de rats. Il passe ses
journées sur le pont Neuf, en compagnie d’artistes : des bonimenteurs, des
baladins, des jongleurs, des « docteurs miracle », et puis Beppino,
le Vénitien.
Fort heureusement, Gabriel a des amis comme Amapola et Beppino. La belle
Amapola à la longue chevelure brune est une chanteuse ; elle ne s’arrête
de chanter que pour proposer du lilas aux passants. Beppino
est entré dans la commedia dell’arte en tant que matamore.
Il fait engager Gabriel dans sa troupe de saltimbanques pour y interpréter le rôle
de Picotin.

Gabriel
ne sait pas qu’un homme l’observe discrètement. Cet homme n’est autre que
« le sieur Molière de la salle du
Palais-Royal de la troupe de Monsieur
 ». Molière est amusé et séduit
par le jeu de Gabriel. Aussi lui propose-t-il de l’engager dans sa troupe de
théâtre. Gabriel est fou de joie, d’autant plus que cette proposition vient
d’un homme pour lequel il a la plus grande admiration. Molière et tous les
membres de l’Illustre Théâtre, sa troupe, habitent dans une vaste maison qui
dépend du Palais-Royal, près du Louvre. La nouvelle recrue Gabriel quitte donc sa
mansarde délabrée pour ce lieu illustre. Engagé en tant que moucheur de
chandelles, il s’occupe des lumières diffusées pendant les représentations. Une
nouvelle vie, celle dont il a rêvé pense-t-il, commence.

 Gabriel, désormais membre à part entière de la
troupe, découvre un univers qui lui était jusque-là étranger. Il se familiarise
avec la vie d’une troupe théâtrale faite de répétitions, de représentations
devant Louis XIV, qui aime le faste et le luxe, perceptibles à la cour.

Petit
à petit, il s’intéresse aux autres membres de la troupe, commence à mieux les
connaître. Il y a Lagrange qui tient dans un cahier la liste des spectacles et
les recettes générées. Il y a aussi la jeune Armande que Molière songe
sérieusement à épouser. Gabriel remarque les rivalités qui existent entre les
comédiens de la même troupe pour décrocher le rôle principal. Il apprend que le
grand Montfleury, le tragédien de la troupe de l’Hôtel de Bourgogne, n’apprécie
pas Molière qu’il considère comme un grand rival. Les représentations qui s’enchaînent
tantôt au Palais-Royal, tantôt chez Fouquet, rythment la vie mouvementée des
comédiens.

 Molière apparaît à Gabriel dans toute son
humanité, parfois en proie à des doutes comme le commun des mortels. Le jeune
homme s’aperçoit que le dramaturge vieillissant est un homme qui rencontre lui
aussi des problèmes. Molière doit venir à bout de difficultés financières, et
gérer sa troupe au sein de laquelle la compétition règne en permanence. Sa
relation tumultueuse avec Armande, de vingt ans plus jeune, lui vaut bien des
tourments. Il doit déployer des trésors de diplomatie pour rester dans les faveurs
du roi. Mais encore, ses productions littéraires subissent non seulement le
poids des évènements de sa vie personnelle, mais aussi la pression de la cour
du roi. La période pendant laquelle Gabriel côtoie Molière, quoique brève, est
riche en évènements, et donne au jeune homme l’occasion de vivre le succès
naissant que Molière connaît alors.

Gabriel
découvre que Louis XIV n’apprécie pas du tout la puissance et l’étalage de luxe
que peut montrer son surintendant Nicolas Fouquet. Fouquet organise, le 17 août
1661, une grande fête dans son château de Vaux-le-Vicomte où il invite le roi
et toute sa cour. À cette époque, Louis XIV n’a pas encore fait construire le
château à Versailles. Pour cette fête grandiose, Molière écrit en quelques
jours une comédie-ballet : Les Fâcheux.
Gabriel, comme toute la troupe, est ravi de jouer devant le roi à cette
occasion. Pour Fouquet, qui fait à nouveau montre de magnificence, ce sera pourtant
la dernière fête. Pour le roi excédé, c’est l’affront de trop, et cela jette
irrémédiablement le trouble dans les relations entre les deux hommes. Finalement,
le roi fait emprisonner Fouquet à la forteresse de Pignerol. Dans la foulée, il
révoque tous ses ministres et instaure la monarchie absolue.

Gabriel,
quant à lui, ne parvient pas à se faire une place au soleil. Son rêve de se
produire en tant qu’acteur devant le roi tarde à se concrétiser. Toutes ses
tentatives pour obtenir enfin un grand rôle et se faire remarquer tant par le
public que par le roi ne réussissent à lui attirer que le mépris et l’hostilité
des autres membres de la compagnie du Palais-Royal. Il comprend que la seule
vie à laquelle il aspire, c’est celle qui lui permet de participer au spectacle
en tant qu’acteur. Le métier de moucheur de chandelles ne lui suffit pas. Désabusé,
Gabriel finit par quitter Molière et la compagnie du Palais-Royal pour
retrouver Amapola, Beppino et sa troupe de saltimbanques sur les routes.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >