L’Honorable Monsieur Jacques

par

Résumé

L’Honorable
Monsieur Jacques
est un roman écrit par André Dhôtel et publié en
1972. André Dhôtel (1900-1991) est un écrivain et scénariste français qui
s’inscrit dans la tradition du romantisme allemand ; la fantasmagorie
imprègne le quotidien de ses personnages, et au-delà de leurs facéties propres,
André Dhôtel montre un goût pour la vie et la beauté de la nature. C’est cette
articulation entre routine et merveilleux, entre aventure et contemplation, entre
pragmatisme et fantastique qui caractérise son œuvre.

 

L’Honorable
Monsieur Jacques
débute par le mariage de Jacques Soudret et de
Viviane Aumousse, une belle Ardennaise rencontrée à Paris alors que Jacques
venait s’installer près de son père pharmacien. La célébration de ce mariage
est toutefois entachée par un climat délétère : le père de Viviane,
impliqué dans des affaires louches, jette le discrédit sur le futur mariage. Jacques
envisage très mal cette situation qui, à ses yeux, porte atteinte à sa dignité
et à celle de sa promise. C’est ainsi qu’il va tenter par tous les moyens de
laver l’affront qu’il pense subir mais en dépit de tous ses efforts, il n’y
parvient pas et la situation reste inchangée. Le mariage est finalement acté et
les deux jeunes gens partent s’installer à Charleville.

Peu de temps après leur arrivée
dans cette nouvelle vie, Viviane disparaît mystérieusement, sans laisser de
traces, sans signe avant-coureur. Jacques entreprend alors de la retrouver et
commence ses recherches dans la région d’origine de sa femme, appelée la
Saumaie, une vallée isolée de trois villages dans les Ardennes. Animée d’une
étrange atmosphère, cette région semble dotée d’une vie propre et met les nerfs
de Jacques à rude épreuve ; Viviane lui apparaît en effet fugacement à
plusieurs reprises au cours de ses recherches. Mais ces apparitions sont trop
éphémères pour lui permettre de la retenir ; à chaque fois, elle lui file
entre les doigts.

Tiraillé entre l’espoir provoqué
par ces apparitions fugitives et les exigences de son travail à Paris, Jacques
sombre au fur et à mesure dans une spirale négative : il devient alcoolique et
quitte finalement son travail pour s’installer dans la Saumaie.

Là, Jacques hante les forêts des
environs à la recherche de sa femme, errant telle une âme en peine, comme lancé
à la recherche de lui-même. Les premiers contacts avec les autochtones s’avèrent
complexes, la communauté est très solidaire, fermée sur elle-même et
mystérieuse. Vérités, mensonges, silences et sous-entendus semblent tous
pointer vers un seul objectif : il faut que Viviane reste introuvable,
comme si une étrange et indicible coalition liait les habitants entre eux. Les
fausses pistes se succèdent et l’enquête piétine.

Une force envoûtante semble marquer
son empreinte sur la région et ses habitants, et les orages titanesques qui
s’abattent ne font que renforcer cette impression chez Jacques. La Saumaie
devient omniprésente, vivante et pleine de magie, et l’homme s’en imprègne, se
laissant séduire par les merveilles de cette région et la furie de ses éléments,
furie décrite avec un soin tout particulier par l’auteur. Les autochtones
eux-mêmes, sous ce nouveau regard qui est permis, en deviennent attachants. Jacques,
en recherchant sa bien-aimée, tombe finalement amoureux de la Saumaie.

C’est au cours d’une énième
battue dans les bois que la Saumaie rend enfin Viviane à son époux. Après une
perte de conscience soudaine, Jacques ouvre les yeux et elle se tient devant
lui, souriante, à nouveau tangible. Sa réapparition est aussi soudaine que sa
disparition ne l’avait été. Jacques a donc retrouvé Viviane et il a à la fois succombé
aux charmes irrésistibles d’une région fascinante. Les deux jeunes mariés
décident par conséquent de s’y installer.

 

Dans ce récit, André Dhôtel dessine
une trame amoureuse originale, mêlant les codes classiques de la littérature
(l’élément perturbateur, la disparition de la femme du héros, qui fait écho au
mythe de la princesse disparue et du preux chevalier) à une philosophie et une
atmosphère romantico-mélancoliques purement dhôteliennes, avec la mise en avant
d’une Nature ensorceleuse et hypnotique, propre à séduire les cœurs avec la
même intensité qu’une Hélène. L’Honorable
Monsieur Jacques
n’est pas tant l’épopée d’un homme à la recherche de son
amour perdu que celle d’un homme découvrant l’Amour dans toutes ses subtilités.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >