Principes de la philosophie

par

René Descartes

Chronologie : Vie, Regards sur l’œuvre, Éléments sur la pensée

 

1596 : René Descartes naît à La Haye (ville d’Indre-et-Loire rebaptisée Descartes) en Touraine. Son père, conseiller au parlement de Rennes, appartient à la petite noblesse de robe ; sa mère meurt l’année suivant sa naissance. L’enfant grandit à la campagne, entre la Touraine et la Bretagne. Après avoir bénéficié de l’enseignement d’un précepteur, il est envoyé en 1606 au collège de La Flèche, tout juste fondé, tenu par des jésuites. Il y connaîtra une certaine liberté du point de vue de son train de vie, en raison de sa santé fragile et de ses dons intellectuels, comme de ses lectures. L’enseignement comprend notamment la physique aristotélicienne, la métaphysique thomiste, et les mathématiques de Clavius. Il obtient en 1616, à Poitiers, le baccalauréat et une licence en droit civil et canonique.

1618 : Après deux années d’étude en solitaire à Paris, Descartes rejoint la Hollande et s’engage dans l’armée protestante du prince d’Orange Maurice de Nassau, un allié de la France. Il rencontre dans ce pays le physicien Isaac Beeckman, docteur en médecine et penseur mécaniste qui l’influence grandement ; avec lui, il étudie des problèmes de mathématiques, de logique et de physique. Il lui dédie un Abrégé de musique. En 1619, il s’engage en Allemagne dans les troupes du duc Maximilien de Bavière. À Ulm, il vit un moment d’épiphanie touchant aux « fondement d’une science admirable ». En 1620, il renonce à une carrière militaire et commence à voyager à travers l’Europe pour plusieurs années. Il s’occupe en parallèle de problèmes mathématiques, physiques, s’intéresse à l’optique, discute des ces disciplines avec des savants et écrit plusieurs traités scientifiques. En 1629, il s’installe pour longtemps en Hollande, où il changera sans cesse de résidence, privilégiant la campagne et les faubourgs, et où il écrira la majorité de son œuvre.

1630 : Dans ses lettres à Mersenne, ami mathématicien et philosophe, Descartes parle de « vérités éternelles », qui sont des évidences logiques, mais aussi les essences des choses, des structures mathématiques, les valeurs morales, dont Dieu est l’auteur selon lui. En 1633, son Traité du monde est prêt pour la publication ; mais comme Descartes y reprend les thèses sur le mouvement de la Terre de Galilée, condamné cette année-là par l’Inquisition romaine, il renonce finalement...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de Principes de la philosophie