Alain esquisse de l'homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (299 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
« J'ai un terrible ennemi, me dit-il. Regarde. Partout il se montre, aussi
puissant, aussi attentif, aussi vif que moi. Que me vienne la pensée qu'ilme
guette, et que je me dresse, je le vois debout. J'en suis à ne plus dormir ; mais
lui non plus ne dort pas. Tranquille et résolu autant que moi.J'attends qu'il
attaque ; mais je ne puis attendre ; je ne puis lui laisser cette avance ; je lève le
bras ; regarde ; il était temps ; lui lève aussi lebras. Toutes mes pensées, je
croirais qu'elles naissent en lui en même temps qu'en moi. Il me craint, je le
vois bien, et, comme je sais ce que c'estque craindre, je sais qu'il me hait.
Tous les projets que je forme pour me défendre, il les forme ; et comme je me
veux étendre, ce qui est un moyen deme garder, lui le veut aussi. Il est mon
semblable, je le savais ; je le sais encore mieux depuis que nous sommes en
querelle. Peut-on aimer sonsemblable ? Bien plutôt n'est-il pas sage de le
Alain, Esquisses de l’homme (1927) 8
craindre ? Ce qui est désirable à moi ne l'est-il pas à lui ? On m'a ditautrefois
que c'était paix entre ceux qui pensent les mêmes choses. Mais si nos pensées
sont nos désirs, et au fond nos besoins, n'est-ce pas guerre,au contraire, si l'on
pense les mêmes choses. Ô mon frère ennemi, tu m'as appris d'amères vérités !
Encore maintenant tu me les confirmes. Par cetteallure, par cette attitude, par
ce geste désespéré que tu viens de faire, désespéré et en même temps menaçant,
je le vois bien. Adieu, fraternité ! »
tracking img