Analyse des personnages "le guepard" giuseppe di lampedusa

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8030 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Angelica
Concetta Les autres femmes
Le père Pirrone
Tumeo
Bendico

Nombreux sont les personnages du Guépard mais pour autant certains ne jouent qu'un rôle ponctuel tels par exemple Ferrara, le comptable, Russo le surintendant ou encore le colonel Pallavicino, c'est pourquoi ne nous attacherons qu'aux personnages les plus importants, à savoir ceux qui sont enrelation très étroite avec le prince. Á cet égard il convient de remarquer que la plupart des membres de la famille du prince ne sont qu'anecdotiques. En effet, si le prince a sept enfants, il faut attendre la dernière partie pour connaître l'identité de la quatrième fille, Chiara, qui vit mariée à Palerme et dont il n'a jamais été question. Sa propre femme est très peu présente dans le roman. Enrevanche, Tancrède, "le fils qu'il aurait aimé avoir" est l'objet de toutes les préoccupations du prince.

Le prince : " premier ( et dernier) d'une lignée"(page 12)
Personnage éponyme, le prince de Salina domine le roman, il est présent dans six parties sur huit et encore il faut prendre en considération le fait que dans la cinquième partie, il est l'objet dela curiosité des amis du père Pirrone. À ce sujet il est intéressant de remarquer que le film de Visconti se termine sur la mort du prince, et Visconti se justifiait en disant qu'il n'était pas certain que, si Le Guépard avait été publié de son vivant, Lampedusa n'aurait pas laissé la huitième partie. Outre le fait qu'il soit l'objet du roman, le prince est un personnage qui se caractérise par sadifférence avec ses semblables, aussi bien physiquement que moralement.
Physiquement, c'est un bel homme aux "yeux très clairs", "le teint rosé, les poils couleur de miel ; [...] la peau très blanche et des cheveux blonds" (page 12), ce qui n'est pas sans le distinguer au milieu de " gens olivâtres et aux cheveux couleur de jais." (page 12)
C'est unpersonnage qui domine par sa stature "immense" : le front de son épouse " lui arrivait à hauteur du menton" (page 23) et à côté de lui "son corps [paraît] minuscule" (page 11) ; c'est un personnage hors norme, comme le souligne la parenthèse : "sa tête effleurait (dans les maisons habitées par le commun des mortels) les lustres" (page 11). Son imposante corpulence n'est pas décrite mais suggérée àtravers les métaphores du "titan" ou de "la montagne" ( " Quand le sommet et les versants de la montagne furent essuyés..." page 72). Sa force est celle du guépard, ses mains sont de " puissantes grosses pattes" (page 22), "capables de froisser comme du papier vélin les pièces d'un ducat" (page 11) mais aussi celle d'un géant : " son poids de géant faisait trembler le plancher" (page 11). Néanmoins, ilsait être délicat , il donne des "coups de pattes amicaux", et "ces doigts savaient aussi avoir un toucher très délicat quand ils tâtaient et caressaient" (page 11) et quand il valse avec Angelica ses "énormes pieds bougeaient avec une délicatesse surprenante et jamais les escarpins de satin de sa cavalière ne coururent le danger d'être effleurés." (page 242)
C'est unpersonnage sensuel,qui, frustré de vivre au contact d'une femme qu'il trouve trop prude bien qu'une simple caresse sur sa main éveille le désir, se satisfait d'"aventures galantes de bas étage" (page 22). La venue d'Angelica dans la maison de Donnafugata n'est pas sans émouvoir le prince qui, sensible à sa beauté et à la sensualité qui se dégage de toute sa personne, envie son neveu, mais il faut savoirraison garder ! Quand Elle lui demande de lui accorder une valse le soir du bal chez les Ponteleone, "ses joues [...] étaient surexcitées de plaisir " (page 241), ce qui n'échappe pas à Tancrède qui éprouve une certaine jalousie.

Moralement : dés le début du roman, le narrateur nous donne un portrait moral du prince " un tempérament autoritaire, une...
tracking img