Anthologie sur la poesie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2343 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommaire:

1) Poètes choisis pour mon anthologie:

a) Verlaine
b) Charles Baudelaire
c) Apollinaire
d) Victor Hugo

2) Biographie des poètes:

a) Verlaine
b) Charles Baudelaire
c) Apollinaire
d) Victor Hugo

3) Les Poèmes:

a) Ariettes oubliées II b) Ariettes oubliées III
c) Ariettes oubliées IX d) Le son du cor
e) La chanson du Mal- Aimé
f) alcools « cors dechasse » g) Correspondances
h) Tout est plein d’âmes i) La musique

4) Ma préface:

2) Les biographies des poètes:

a) Verlaine:
Paul Verlaine (1844-1896). « Ecoutez la chanson bien douce / Qui ne pleure que pour vous plaire ». Ces vers - au-delà des péripéties d’une vie marquée par l’aventure avec Rimbaud ou l’alcoolisme - définissent l’univers poétique de Verlaine,auteur de recueils où la mélancolie et une sensibilité aiguë s’expriment dans une poésie musicale (Poèmes saturniens, 1866; Fêtes galantes, 1869; Romances sans paroles, 1874; La Bonne Chanson, 1870; Sagesse, 1881).

b) Charles Baudelaire:
Charles Baudelaire (1821-1867). Critique d’art, traducteur d’Edgar Poe, auteur de deux recueils poétiques majeurs, Les Fleurs du Mal (1857), Petits poèmesen prose (posthume,1869). Sensible à ce qu’il nommait « modernité », et qu’il trouvait chez Delacroix, Manet ou Wagner, Baudelaire est à la fois, par son lyrisme et son goût de l’étrange, un héritier des romantiques - il admirait Hugo - et un fervent amoureux de la forme. Déchiré entre « spleen et idéal », il trouve dans le poème en prose, dont il est le premier « théoricien », la forme la plussouple pour exprimer le monde moderne, les puissances du rêve, la douleur de l’artiste, les ivresses et les oscillations de l’âme.

c) Apollinaire:
Guillaume Apollinaire (1880-1918), poète, auteur du Bestiaire (1911), d’Alcools (1913), des Mamelles de Tirésias, drame surréaliste (1917), Calligrammes (1918). Adepte de l’ « esprit nouveau », ami des peintres Picasso et Derain, du poète MaxJacob, il met en scène dans ses poèmes la ville et les inventions modernes, adopte et adapte toutes les nouveautés et les audaces, unit le lyrisme mélancolique et la verve baroque.

d) Victor Hugo:
Victor Hugo (1802-1885). Son œuvre colossale couvre le siècle. Poète protéiforme, il compose des recueils lyrique (Les Contemplations,1856), épiques (La Légende des siècles,1859), satiriques(Châtiments,1853). Ses romans (Le Dernier Jour d’un condamné,1829 ; Notre-Dame de Paris,1831 ; Les Misérables,1862 ; L’Homme qui rit,1869) traduisent toujours une profonde commisération pour les pauvres, les exclus, les victimes des injustices. Théoricien du drame romantique (préface de Cromwell,1827), il a écrit Hernani (1830) et Ruy Blas (1838), œuvres dramatiques qui renouvellent la dramaturgie classique.Sa vie - marquée par la mort de sa fille, son opposition à Napoléon III, son exil hors de France, la reconnaissance populaire -, ses personnages (Quasimodo, Jean Valjean, Cosette, Gavroche …) et son œuvre font de lui l’écrivain le plus connu.

3) Les poèmes:

a) Ariettes oubliées II:

Je devine, à travers un murmure,
Le contour subtil des voix anciennes,
Et dans les lueurs musiciennes,Amour pâle, une aurore future !

Et mon âme et mon cœur en délires
Ne sont plus qu’une espèce d’œil double
Où tremblote à travers un jour trouble
L’ariette, hélas ! de toutes lyres !

Ô mourir de cette mort seulette
Que s’en vont, cher amour qui t’épeures
Balançant jeunes et vieilles heures !
Ô mourir de cette escarpolette !

Paul Verlaine, Romances sans paroles,
« Ariettes oubliées »(1874).

b) Ariettes oubliées III:

Il pleut doucement sur la ville
(Arthur Rimbaud.)

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville,
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un cœur qui s’ennuie
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s’écoeure.
Quoi ! Nulle trahison ?
Ce...
tracking img