Apologie de Socrate

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (969 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Un grand philosophe athénien du nom de Socrate, dont on parle encore de nos jours, fut condamné à mort en 399 avant Jésus-Christ après avoir été accusé, entre autre, de corrompre la jeunesse.Platon, son élève, a écrit L’Apologie de Socrate qui rapporte le procès de son maître. Avant tout, voici la citation extraite de son plaidoyer : « Soyez persuadés que, si vous me faites mourir, sans égardà l’homme que je prétends être, ce n’est pas à moi que vous ferez le plus de mal, c’est à vous-mêmes. » (§ 43) Il faudra donc déterminer si Socrate a fait preuve de courage durant son procès. D’unepart, nous analyserons la citation précédente et expliquerons pourquoi elle a été prononcée. D’autre part, nous prouverons que Socrate a bien été courageux lors de son passage au tribunal.

Enpremier lieu, lorsque Socrate dit : « Soyez persuadés que, si vous me faites mourir, […] », il veut, en d’autres mots, affirmer si vous me condamnez… Ici, Socrate s’adresse au jury composé d’environ 500athéniens. Il est présentement au tribunal, puisqu’il a été accusé par Anytos, Mélétos et Lycon de « corrompre la jeunesse », de ne pas « honorer les dieux de la cité » (§ 26) et de remplacerceux-ci par de nouvelles divinités. S’il est accusé, Socrate devra boire la cigüe, un poison qui servait à l’exécution pendant l’Antiquité dans la Grèce antique. Ensuite, lorsqu’il énonce : « […] sanségard à l’homme que je prétends être, […] », Socrate tente de dire : sans prendre en compte la personne que je dis être. Un de ses amis, Khairéphon, est allé voir un oracle, qui lui a demandé « s’il yavait au monde un homme plus sage que [Socrate]. Or la pythie lui répondit qu’il n’y en avait aucun. » (§ 14) Bref, il prétend être un homme sage, puisque qu’il sait qu’il ne connaît pas tout1, cequi fait de lui une personne juste. De plus, Socrate a aussi déclaré que ce ne serait pas lui qui souffrirait le plus : « […] ce n’est pas à moi que vous ferez le plus de mal, […] ». L’accusé tente...