Art de la scultpture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 54 (13347 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Paysages Sensibles

par Gaëtan Cadet



N’importe…Et malgré tout je suis quelqu’un. / Je suis le Découvreur de la Nature. / Je suis l’Argonaute des sensations vraies. / À l’Univers j’apporte un nouvel Univers / Parce que j’apporte à l’Univers l’Univers lui-même. Fernando Pessoa

Avec Sans-Titre (Introduction) nous avons tenté de regarder au plus près l’objet paysage. En tirer un à un lesfils de sa construction. S’il n’était qu’une chose à retenir, c’est que nous sommes arrivés, par le fait même de ses ressorts, à un tout paysage. Pour rappel. Le paysage est un objet culturel moderne, au sens de post-médiéval. Sa construction repose essentiellement sur l’invention majeure de notre modernité à savoir la perspective. Il en ressort que pour se penser dans son monde, l’homme modernes’en est retiré. Il y a lui et l’objet considéré. Et comme le regard porté est centré, il y a lui et le reste. Le paysage est, d’une certaine façon, cette interrogation retranscrite, et sa construction, par la perspective, valeur de réponse. L’interrogation est méthodique, minutieuse, logique, et systématique pour aboutir à force d’accumulation à un processus de thésaurisation. Confiscation d’unmonde au profit de paysages. Extréma atteint quand l’homme envoi autour de la terre ses objets manufacturés, car y est compris en cette action, la capacité d’un regard porter sur son monde physique, tout son monde physique. Il ne s’agira plus alors que d’en décliner son potentiel. Tacherons consciencieux et minutieux, des Yann-Artus-Bertrand s’y colleront.

D’autres, en revanche, en passant parune sape des fondements de cette modernité, y compris et surtout la perspective, nous offrent un paysage, donc une interrogation de notre être au monde sinon nouveau, repensé et ouvert.

Le paysage moderne fut conçut dans l’ancien monde, sa fin accélérée par le nouveau avec le coup de grâce porté par sa conquête spatiale. Là, il ne s’agit que d’entendre les mots : conquête d’espace. Qui en passeaussi par de nouvelles délimitations mentales. Et fort de ses propres interrogations, aussi s’agissant de sa naissance et de sa construction occidentale, c’est du nouveau monde qu’est proposé un nouveau paysage.

Land Art.

Si le processus d’artialisation n’est pas remis en cause avec le Land Art, il se construit néanmoins autour de fondements opposés à ceux des parcs et jardins que lamodernité occidentale a portés. Alors que ceux-ci s’élaborent autour de principes structurés et expérimentés par la peinture, le Land Art s’appuie, lui, en partie sur les expériences du Minimal Art. Deux voies fort distinctes où le point de cristallisation formel est la perspective, que cela passe par sa construction ou par sa déconstruction, mais où le réel enjeu est ailleurs : dans le systèmed’acquisition du réel mis à disposition pour créer. Essayons d’en dessiner les limites.

L’art de la seconde moitié du XXe siècle a, selon Rosalind Krauss, été révélateur d’une crise des méthodes pour les critiques et les historiens de l’art. Ce qu’elle refuse, globalement, en s’appuyant sur le structuralisme, c’est un historicisme et un positivisme qu’elle juge envahissant et inadapté lorsqu’il s’agit decomprendre l’art post-moderne. Si l’art moderne de la première moitié du XXe siècle représente une fracture formelle au sein de la modernité née de la Renaissance, il n’en poursuit pas moins les grandes directions définies quelques siècles auparavant, toutes centrées sur la perspective et son rapport fond-figure. Ses moyens formels bien que différents, puisqu’ils font la fracture, s’inscriventnéanmoins dans une continuité de médium redéfinis au cours de la Renaissance. Dès leur introduction, l’historicisme et le positivisme ont suscité controverses et critiques, mais jamais la production artistique elle-même ne les a remis en cause comme a pu le faire l’art né dans les années soixante, et principalement l’art américain. En abandonnant toute forme d’une quelconque vérité à découvrir...
tracking img