art & pub

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2560 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 septembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document

L'art et la pub : la série YVES-SAINT-LAURENT




Chaque image fonctionne comme la citation d'un tableau célèbre, qu'elle appelle très directement, et qu'elle recadre, recolorise, modifie par un jeu d'inversion des rôles, de substitution ou de rajout d'un protagoniste. Les tableaux cités ont pour point commun leur célébrité, et cette grande notoriété les convoque immédiatement dansl'esprit du spectateur. Mais ils sont très diversifiés : le travail du photographe est de créer l'unité de la série, ce qui l'oblige à se fixer ses propres contraintes, donc à transformer l'image "d'origine", d'où le jeu de substitutions ou de rajouts, de recadrage et de choix des dominantes de couleurs. Cela pour suivre la contrainte "de base" de la série, propre au travail publicitaire : interpréteret rendre l'image de la marque. Il y a un travail d'imitation : mais ce n'est pas imitation d'un tableau en particulier, ce n'est pas l'imitation au sens de "reproduction" d'une oeuvre. C'est "l'imitation du peintre", le photographe dans la posture de celui qui, au delà du travail de commande, fait don d'une chose nouvelle qui se double d'une vie bien à elle. Intemporelle. L'image et son double,dans une traversée des références.


























GABRIELLE D'ESTREES ET LA DUCHESSE DE VILLARS, Ecole de Fontainebleau, +/-1594

On voit apparaître la "règle du jeu" : le tableau se dénonce dans les attitudes des personnages, scrupuleusement reproduites. Mais le code couleur change, le bleu se substituant au rouge ; l'éclairage, avec le choix d'un fondéteint, se concentre sur la chair ; un homme se substitue à la femme de droite : la femme de gauche (Kate Moss) se rhabille, son visage est de face et son regard se dirige plus directement vers nous. Le recadrage est faible, les proportions du tableau sont conservées. Pourtant le couple est radicalement transformé. Mais il n'y a pas encore totale inversion des rôles. Cette inversion s'chèvera au fil dela série.


OLYMPIA, MANET, 1863


Là aussi, substitution dans les personnages, avec une revisite plus prononcée. Si les attitudes restent reproduites, il y a des déplacements dans la gestuelle, le visage de la femme en arrière-plan est rendu plus visible. La règle du "l'un habillé l'autre dénudé" fait apparaître le torse du modèle féminin photographié, les fleurs se substituent auxvêtements. Le blanc prend des tons de chair (comme les fleurs d'ailleurs, comme le pantalon de l'homme allongé), la photographie se fait plus charnelle, mais discrètement, sans érotisme. Les seins du tableau sont juste évoqués et aussitôt masqués par les fleurs dans la photographie : des fleurs qui deviennent une métaphore de la charge sensuelle du corps. La chair se fond dans ce qui habille, et c'est levêtement qui récupère la sensualité et l'esthétique du corps. On passe de la beauté de la femme nue (tableau) à celle du vêtement, quasi féminin dans sa fluidité et son androgynie, qui couvre le corps de l'homme (photo). La sensualité est attribuée à la marque. Détail : deux oreillers sur la photo, un seul sur le tableau... à quoi vous font penser ces oreillers ? Ne sont-ils pas ces deux seinspointés, restitués à l'état de métaphore, là où le tableau les représentait explicitement ? hum... il faudra y revenir : vous verrez qu'il y a là une double référence au sein de la série, que le photographe s'amuse à dénoncer lui-même. Vous aurez remarqué que la "règle du regard de face" par le protagoniste en avant plan est suivie, celle du principe du duo aussi. Les photographies suivantes enrevanche vont devoir transformer encore davantage l'image mère pour suivre les règles du jeu.

LE DEJEUNER SUR L'HERBE, MANET, 1863


Ici, pour réintégrer la référence dans la série, le photographe en a considérablement retravaillé les éléments : recadrage d'ou suppressions (la femme en arrière plan, arbres, contenu du panier, même sil s'git bien des "mêmes" fruits), minimalisation du décor...
tracking img