Bac 2011

Pages: 12 (2817 mots) Publié le: 9 janvier 2013
SUJET
Faut-il se fier à sa propre raison ?
Corrigé
Introduction
Sapere aude, « ose te servir de ta propre raison » : telle était pour Kant la devise
des Lumières. Plutôt que de se soumettre passivement au prestige d’un maître (le
Fameux magister dixit des scolastiques, « le maître a dit ») ou à l’autorité de la chose
jugée, ose examiner par toi même
ce qu’on te soumet, n’accepte rien sanspreuve et
défie toi
particulièrement de ce qu’on tente de t’imposer comme étant une évidence
indiscutable. Ici, la raison se pose comme étant la seule « pierre de touche » (pour
reprendre une autre expression kantienne) à même de distinguer le savoir indubitable,
et le préjugé cachant mal l’insuffisance de ses fondements – comme l’orpailleur se sert
d’une telle pierre pour différencier enun instant l’or véritable du faux. Ne te fie qu’à ta
propre raison, n’admets comme vrai que ce que ta raison pourra reconnaître comme
tel ; c’estàdire
aussi : méfietoi
des raisons de croire ceci plutôt que cela, lorsqu’elles
te sont fournies toutes prêtes par d’autres.
Si je ne dois me fier qu’à ma propre raison, et non à celle d’autrui, c’est précisément
parce qu’autrui a pu luimême
setromper, prendre un préjugé pour un savoir, une
erreur pour une vérité. Mais voilà : au moment où il s’est trompé, autrui luimême
n’atil
pas accordé plus de confiance à sa raison qu’à celles des autres ? Les auraitil
écoutés davantage, peutêtre
se seraitil
épargné un égarement pénible. Toute la
difficulté vient ici de ce que chacun de nous est luimême
l’autre des autres : s’il
faut se méfierdes autres parce qu’ils peuvent se tromper, c’est alors que je suis moimême
capable d’erreur. Ainsi, lorsque je prétends n’écouter que ma raison, lorsque je
prétends que j’ai raison de dire ce que je dis, seraisje
le seul et fûtce
contre la terre
entière, ne feraisje
pas mieux de m’ouvrir aux raisons d’autrui, et d’accepter qu’on
100
Sujet 13
m’apporte la contradiction ? Ne faudraitilpas mieux, en d’autres termes, me méfier
de ma propre raison autant que de celle des autres, sinon davantage ?
La question finalement est bien la suivante : lorsque je prétends n’accorder confiance
qu’à ma seule raison, ne suisje
pas simplement en train d’attester mon attachement
à mes propres préjugés ? Quand j’affirme ne me fier qu’à moimême,
estce
bien à
ma raison que je me fie, ou à cequi en moi outrepasse toute raison ? Sans doute
nous faudratil
alors distinguer la certitude subjective de la conviction et la certitude
objective du savoir : peutêtre
que se fier à la raison, c’est justement apprendre à se
défier de ma raison ou plutôt de ce que je prends pour tel, exiger de moi autant que
d’autrui dans l’acte d’un dialogue où chacun, s’exposant aux réfutations de l’autre,doit tour à tour objecter, et répondre.
I. Le cogito comme fondement certain du savoir
Comme le remarquait Husserl dans les Méditations cartésiennes, la confiance en nos
certitudes subjectives est au fondement de ce qu’il nommait notre « attitude naturelle
» : tout naturellement, nous sommes tous enclins à croire que le monde est
comme nous le percevons et comme nous le pensons. Mais surquoi reposent ces certitudes
? D’abord sur la confiance que nous accordons à nos sens : il est certain que
l’eau est froide, parce que la main que j’y plonge me l’indique assez. Mais cela n’est
pas encore suffisant : il est certain que la terre tourne autour du soleil ; or, mes sens
m’indiquent le contraire : quand je regarde le ciel, c’est le soleil que je vois se déplacer
audessus
del’horizon immobile. Certaines de mes certitudes vont donc à l’encontre
de mes perceptions : elles se fondent non sur les sens, mais sur un raisonnement.
Nous voyons à présent surgir le problème. Je suis certain que l’eau dans laquelle je
me baigne est froide ; mais peutêtre
suisje
simplement malade, en sorte qu’un autre
la trouverait tiède. Quand je dis que l’eau est froide, j’attribue donc à...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Bac 2011
  • bac 2011
  • Bac 2011
  • Bac 2011
  • Bac 2011
  • Bac 2011
  • Bac es 2011
  • Bac 2011

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !