Bac francais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2979 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche Cours

Nº : 91004

FRANÇAIS

Toutes séries

LE TALENT C’EST D’AVOIR ENVIE

Etude d’œuvre : Zadig de voltaire
Plan de la fiche
1. L’apprentissage du monde 2. Un conte oriental 3. La structure narrative 4. Un texte satirique 5. Zadig, le bonheur et la Providence 6. La modernité et la facilité du conte

L’apprentissage du monde
Zadig est un jeune homme plein d’humanité et demoralité qui sait dominer ses passions. Premier ministre du roi Moabdar, il fait « sentir à tout le monde le pouvoir sacré des lois », comme l’écrit Voltaire au chapitre VI. Mais comme Candide, il ressent douloureusement, dès le début du conte, la distance entre l’idéal et la réalité. Il éprouve des désillusions en amour et la connaissance intellectuelle lui attire des ennuis. Quand il parvient àexercer sagement le pouvoir, il devient la victime de la jalousie des autres. Ces épreuves multiples – la trahison, la jalousie, l’esclavage, la découverte de la légèreté des femmes, de la sottise des hommes, de la corruption des juges, de la bassesse des courtisans, de l’aveuglement des hommes au pouvoir et du dogmatisme religieux – sont autant d’étapes du roman d’apprentissage, de formation. Ils’agit donc de s’efforcer d’accepter le monde en y intégrant le mal. Zadig exprime les interrogations personnelles de Voltaire, tout en révélant son esprit philosophique. Il est ouvert aux sciences. Les autres personnages sont surtout des types. Les femmes sont souvent jugées frivoles et infidèles. Astarté a le plus de charme, de personnalité, et sert de fil directeur au récit, puisque Zadig s’efforcede la retrouver. Le roi Moabdar est instable : s’il est avisé dans les premiers chapitres, sa jalousie le pousse ensuite à exécuter Zadig et Astarté, sa propre femme. Il devient prisonnier de ses passions et Zadig est alors victime de multiples rivaux aussi méchants que médiocres : Yébor, Arimaze et surtout Itobad, dont il parvient à triompher à la fin du conte. Quant aux interlocuteurs de Zadig,rencontrés tout au long de son parcours, nous retiendrons Arbogad pour son cynisme, les personnages que Zadig parvient à rallier à la sagesse et à la raison, et enfin l’ange Jesrad, qui apparaît sous les traits d’un ermite qui apporte une révélation philosophique essentielle sur l’ordre du monde.

Un conte oriental
Comme dans d’autres contes, Voltaire tente de ne pas apparaître comme auteur,par l’invention d’un narrateur fictif. A l’instar du roman, le conte est anonyme et son genre n’est pas considéré comme noble, contrairement à l’épopée et à la tragédie qui mettent en scène de nobles passions, par une poésie bien réglée. Cette hiérarchie des genres est héritée du XVIIe siècle classique. Zadig est présenté par une Epître dédicatoire du poète persan Sadi à la sultane Sheraa. Cetteépître commence de manière très convenue : « Charme des prunelles, tourment des cœurs, lumière de l’esprit […] ». Sadi fait allusion à la traduction du livre d’un ancien sage, d’abord écrit en ancien chaldéen, puis traduit en arabe, pour amuser un sultan. L’épître s’achève ainsi : « Je prie les vertus célestes que vos plaisirs soient sans mélange, votre beauté durable, et votre bonheur sans fin. » Ils’agit donc d’une histoire orientale sans présence de narrateur, à l’allure pseudo-objective.Voltaire insiste lourdement sur les charmes et les mystères de l’Orient. Celui-ci est à la mode au XVIIIe siècle, puisqu’Antoine Galland traduit, en particulier de 1704 à 1717, Les Mille et une Nuits, auxquelles l’Epître dédicatoire fait allusion. Le sous-titre de Zadig est d’ailleurs « Histoire orientale ».L’action se déroule dans un cadre exotique indéterminé, à Babylone, en Perse, en Egypte, en Arabie et à Bassora sur le golfe arabo-persique. Les coutumes, les religions, les pouvoirs et les palais sont évoqués, sans oublier la dimension surnaturelle et féerique qui sied au conte oriental, fait pour charmer et divertir. On y rencontre des animaux fabuleux et mythiques et à la fin, l’ange...
tracking img