Banque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1282 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document


1
Le ratio McDonough
INTRODUCTION

LES GRANDS THÈMES DE L’ITB > 2007

Le nouveau ratio dit Mac Donough est plus complet que le ratio Cooke. Il ne repose plus sur un simple calcul des fonds propres par rapport aux risques de crédit, ceux-ci étant pondérés en fonction de la nature juridique du débiteur, de la localisation du risque et de la nature des engagements, mais sur une approcheplus qualitative s’appuyant sur 3 piliers.

PREMIER PILIER : EXIGENCE MINIMALE EN FONDS PROPRES
Comme le ratio Cooke, le ratio Mc Donough impose aux banques internationales un niveau de fonds propres au moins égal à 8 % de leurs risques. Mais la définition des risques est bien différente. Alors que le ratio Cooke ne faisait intervenir que les risques de crédit (avec la prise en compte à partirde 1996, d’une exigence supplémentaire de fonds propres pour couvrir les risques de marché), le ratio Mc Donough tient compte des risques de crédit, des risques opérationnels et des risques de marché. Les capitaux propres de la banque seront affectés à la couverture des risques de crédit à hauteur de 75 %, des risques opérationnels à hauteur de 20 % et des risques de marché à hauteur de 5 %. 1.Les risques de crédit peuvent être mesurés selon l’une des 3 méthodes suivantes : o la méthode standard fondée sur une classification des risques obtenue à partir de notations externes fournies par une institution indépendante et reconnue par la Commission bancaire. La Banque de France qui a une grande expérience de la cotation des entreprises est la mieux placée pour fournir cette analyse à lacommunauté bancaire. Pour mieux répondre aux besoins nouveaux liés à la mise en place du ratio Mc Donough, elle a adopté en avril 2004, une nouvelle grille de cotation des entreprises, plus fine que l’ancienne ; o la méthode de base à partir des notations internes, fondée sur l’estimation par chaque banque de la probabilité de défaillance des emprunteurs, alors que la probabilité de perte en cas dedéfaillance est fixée par la réglementation ; o la méthode avancée à partir des notations internes faisant appel, pour tous les calculs, aux séries statistiques de la banque : probabilité de défaillance, perte en cas de défaillance, encours au moment de la défaillance, maturité du crédit. 2. Les risques opérationnels sont les risques liés à la défaillance éventuelle du fonctionnement interne de labanque : systèmes d’information ou bases de données, ressources humaines, respect de la réglementation, choix des fournisseurs, contrôle interne… Comme pour les risques de crédit, il existe 3 approches pour mesurer les risques opérationnels : o l’approche "indicateur de base" consistant à utiliser un coefficient de pondération forfaitaire (15 % du produit net bancaire) ; o l’approche "standard"consistant à utiliser un coefficient de pondération différent pour chaque ligne métiers (12 %, 15 % ou 18 % selon qu’il s’agit de banque de détail et gestion d’actifs, services de conservation ou financement d’entreprise) ; o l’approche "mesures avancées" consistant à déterminer les probabilités de pertes de la banque en fonction de l’analyse de l’historique, après approbation préalable du régulateur.3. Les risques de marché sont les risques liés à des erreurs ou des insuffisances de couverture sur les marchés boursiers, de taux ou de change, ou sur les marchés dérivés.

DEUXIÈME PILIER : PROCESSUS DE SURVEILLANCE INDIVIDUALISÉE
Les autorités de contrôle prudentiel procéderont à la surveillance des procédures internes mises en place par chaque banque pour évaluer l’adéquation des fondspropres aux risques. Si les techniques de gestion et de contrôle des risques d’un établissement paraissent inadéquates, le régulateur pourra exiger de cet établissement un ratio de solvabilité supérieur au minimum réglementaire.

TROISIÈME PILIER : DISCIPLINE DE MARCHÉ
Le nouveau dispositif entend instituer une discipline de marché accrue en imposant des règles plus contraignantes en matière de...
tracking img