Baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (331 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Charles Baudelaire
Poète français
[Poésie]
Né à Paris le 09 avril 1821
Décédé à Paris le 31 août 1867
Charles Baudelaire n'a jamais accepté le remariage de sa mère avec Aupick alors qu'iln'avait que 7 ans. Est-ce là la cause de son esprit rebelle ? Toujours est-il qu'il se fait exclure du lycée Louis-le-Grand, fermement décidé à mener une vie de dandy. Décision contrariée par sonbeau-père, qui le fait embarquer de force sur un paquebot en direction des Indes, puis qui place sous tutelle judiciaire la fortune héritée de son père et menacée d'être rapidement dilapidée. Contraint detravailler, Baudelaire se consacre à la critique d'art et à la traduction des oeuvres d'Edgar Poe. En 1857 paraissent 'Les Fleurs du mal', recueil de vers exaltant la beauté en germe dans touteperversité, dans toute souffrance. L'ouvrage est condamné pour 'outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs'. Il faut dire que le poète fait fi des valeurs bourgeoises triomphantes en ce siècle.Il s'éteint prématurément, le corps rongé par la syphilis, l'alcool et autres substances hallucinogènes. Son oeuvre fonde la modernité poétique, en particulier le symbolisme.

Jeanne Duval est laprincipale muse de Baudelaire, avant Apollonie Sabatier et Marie Daubrun. Il entretint une relation tumultueuse et résolument charnelle avec cette mystérieuse quarteronne[34], proche des gens dethéâtre et même comédienne secondaire au théâtre de la Porte-Sainte-Antoine. Pour fuir les créanciers, elle avait pour habitude d'emprunter diverses identités (en 1864, elle se faisait appeler MelleProsper). On pense qu'elle s'appelait en réalité Jeanne Lemer[35]. Baudelaire paya sa pension à l'hospice à son amante. Leur ménage, fait de ruptures et de réconciliations, représentait la collusion dedeux forts caractères.

Elle représente pour lui l'ignorance intacte, l’animalité pure[36].

Citation : « Le diable, je suis bien obligé d'y croire, car je le sens en moi ! »
Charles...
tracking img