Baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2220 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1) Baudelaire héritier des romantiques:

On peut qualifier Charles Baudelaire de poète de sensibilité romantique sans choquer personne. Né en 1821, il a été sous influence romantique dès sa naissance ou presque : scolarité effectuée au Lycée de Lyon où il se familiarise avec des grands auteurs romantiques tels Lamartine, Victor Hugo ou encore Théophile Gautier... Avec eux se forment safuture sensibilité d'écrivain. Baudelaire est en fait un « romantique   par admiration (pour Hugo, en particulier)...
Ces influences romantiques se retrouvent naturellement dans son oeuvre principale Les Fleurs du mal parue en 1857.
Les thèmes abordés sont ainsi à maintes fois empreints d'accents romantiques.
Avec application, Baudelaire aborde le thème de la Beauté : Cf : "Hymne à laBeauté" ou encore "La Beauté" :
" Je suis belle, ô mortels! comme un rêve de pierre,
et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour,
est fait pour inspirer au poète un amour
Eternel et muet ainsi que la matière."
comme l'aurait fait fait un Lamartine appliqué.
Baudelaire utilise également le thème au combien évoqué, de la femme aimée (ou non), vue comme une déesse, comme lesymbole d'une chose sacrée et respectable. Dans " A une Madone" ou encore dans "Hymne", il se perd en louanges et en compliments...
"À la très bonne, à la très belle
Qui fait ma joie et ma santé,
À l'ange, à l'idole immortelle,
Salut en l'immortalité!"
+ Baudelaire rend hommage à la femme sensuelle, enchanteresse dont la chevelure aux parfums subtils transporte le poète vers des riveslointaines ; la femme est asile et protectrice, femme dont l'amour est le réconfort du poète ( « Un Hémisphère dans une Chevelure »)
La solitude, cet éloignement volontaire, ce recul propre aux romantiques est aussi omniprésent dans toutes les oeuvres de Charles Baudelaire.
Tel Chateaubriand dans René, où le personnage éponyme se complet, se perd dans son sentiment d'isolement : « Un penchantmélancolique l'entrainait au fond des bois; il y passait seul des journées entières et semblait sauvages parmi des sauvages. » Baudelaire magnifie de désir ardent de solitude. Le Spleen de Paris, poème 23 « La Solitude » Cf " Amoureux de la solitude et du mystère" : Baudelaire considère le fait de ne pouvoir être seul comme « un grand malheur »
Pour Baudelaire, la solitude n'est pas une fatalité: c'est un choix libre et conscient. C'est un besoin auquel l'auteur qu'il est aspire comme en témoigne le « cri » de soulagement qui ouvre le poème 10, « A une heure du matin » :
« Enfin ! Seul ! ... Enfin ! la tyrannie de la face humaine a disparu... Enfin ! Il m'est donc permis de me délasser dans un bain de ténèbres !" Dans ce poème, Baudelaire insiste sur le bonheur, les bienfaits de lasolitude, sur la quiétude de ce face à face avec soi-même et déplore la vie en société  avec son cortège d'obligations et d'hypocrisies.
Dernier résonance thématique romantique : le voyage. Goût des voyages pour l'Italie notamment, terre antique.Cf :« Venise » d'Alfred de Musset.
« Dans Venise la rouge,
Pas un bateau qui bouge,
Pas un pêcheur dans l'eau,
Pas un falot.

Seul, assis à lagrève,
Le grand lion soulève,
Sur l'horizon serein,
Son pied d'airain.

Autour de lui, par groupes,
Navires et chaloupes,
Pareils à des hérons
Couchés en ronds,

Dorment sur l'eau qui fume,
Et croisent dans la brume,
En légers tourbillons,
Leurs pavillons. »
«  Je ne suis jamais bien nulle part, et je crois que je serais mieux ailleurs que là où je suis », Baudelaire a du mal de trouversa place, c'est pourquoi il rêve de voyages et dans le poème XLVIII, il propose un itinéraire où les destinatations sont de plus en plus lointaines sans que pour autant aucune ne soit satisfaisante. Ni Lisbonne, ni Rotterdam, ni Batavia, ni l'extrême Baltique ne peuvent convenir à cette âme qui étouffe dans le monde ce qui explique que le seul endroit possible pour trouver la paix soit : "...
tracking img