Baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2692 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
• Présentation • Objectifs

• Mode d’emploi de la visite • La visite : les œuvres • Bibliographie

Présentation
1. Charles Baudelaire (1821-1867), poète des Fleurs du Mal, mais aussi traducteur d’Edgar Poe, est l’un des plus grands critiques d’art français de son siècle. Il tient de son père une véritable passion pour la peinture, et publie en 1845 un premier compte-rendu du Salon. Le Salonde 1846, celui de 1859 et Le Peintre de la vie moderne (1863) sont ses œuvres critiques les plus importantes. Publiées dans de petites revues, elles sont peu lues de son vivant ; mais Baudelaire y construit une esthétique qui nourrit son œuvre poétique. 2. Des années 40 aux années 60, l’art voit s’affronter des courants très divers. La peinture néo-classique et académique, celle des héritiers d’Ingres, tient une grande place dans le goût du public. Mais l’histoire de l’art a surtout retenu trois noms : Delacroix, le romantique, que Baudelaire tient pour le plus grand peintre vivant ; Courbet, le réaliste qui ne se reconnait guère mieux sous cette étiquette que Delacroix sous la sienne ; Manet enfin, considéré comme le père de l’impressionnisme, et qui se veut d’abord l’incarnation dupeintre de la vie moderne. C’est dans ce paysage qu’il faut se placer pour comprendre la critique baudelairienne.

Objectifs
On peut assigner à cette visite des objectifs assez divers, et éventuellement les combiner.

1. Qu’est-ce que la critique d’art ?
• En partant d’articles de journaux contemporains rendant compte d’une exposition, définir la critique : son statut, ses fonctions, son public,ses pouvoirs. • L’art et son public : comparer les formes présentes du rapport social (musées, expositions, galeries) à celles du milieu du XIXe siècle (rôle prégnant de l’officialité, depuis les Prix de Rome jusqu’aux Salons). Voir les Goncourt (Manette Salomon) et Zola (L’Œuvre). • La critique d’art littéraire : spécifiquement française. De Diderot à Baudelaire, Gautier, Zola, Huysmans, deProust à Breton, Malraux ou Bonnefoy, les écrivains-poètes ou romanciers ont une légitimité reconnue dans un domaine qui, après tout, n’est pas le leur. On peut travailler sur de nombreux exemples, en observant que la deuxième moitié du XIXe siècle est une période privilégiée pour les écrivains critiques d’art ; et en observant les rapports entre leur œuvre critique et leur œuvre poétique ouromanesque. • Critique d’art et objectivité : pour Baudelaire la critique a une fonction éducative. Elle apprend au public à ne pas confondre Meissonier et Delacroix, en un temps où le premier se vendait dix fois plus cher que le second (1859). Mais pour remplir cette fonction la critique doit être subjective : “Pour être juste, c’est-à-dire pour avoir sa raison d’être, la critique doit être partiale,passionnée, politique, c’est-à-dire faite à un point de vue qui ouvre le plus d’horizons.” (1846). Choix de l’effet produit contre le système.

• Arriver à l’idée qu’il s’agit de deux activités entièrement autonomes : la littérature “représente” la peinture comme un moyen pour arriver à ses fins, ses enjeux propres, et réciproquement. L’hommage à Delacroix est bien un hommage rendu par Fantin à lapeinture. Quand Baudelaire écrit sur Delacroix, c’est de son idée du Beau qu’il s’agit, et il va la transformer ensuite en poésie. Au-delà se pose même la question de l’incommunicabilité de la peinture et de la littérature : les mots ne peuvent pas rendre compte des images. D’ailleurs la “description” critique traditionnelle des œuvres a disparu, aujourd’hui où les techniques de reproductionphotographique l’ont rendue inutile. On peut revenir au quatrain de Baudelaire. Nous savons qu’il a vu le tableau, que le quatrain était destiné à figurer sur le cadre. Or nous avons l’impression que la danseuse qu’il décrit ne ressemble en rien à celle de Manet ; le texte n’illustre pas l’image.

3. L’histoire du goût
• Montrer que si nous jugeons que Baudelaire est un grand critique d’art, c’est...
tracking img