Biblio indus voitures

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1646 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
GUIBERT Katia
BERJON Anne-Lucie

Le 8/12/10

TD: Histoire européenne contemporaine (groupe 7)

Exposé "Mussolini et l'Etat Corporatif"

« L’Etat est tout, le parti n’est rien », Mussolini. A la sortie de la première guerre mondiale, l’Italie reçoit les régions de Trente et d’Istrie, mais pas les terres irrédentes qui lui avaient été promises. C’est dans ce climat de mécontentementpopulaire manifesté par des grèves et des occupations d’usines que Benito Mussolini (1883-1945) forme sont programme politique. Avec un programme novateur et populiste, éligibilité des femmes, droit de vote à 18 ans et journée de travail de huit heures, Mussolini obtient légalement le pouvoir en 1922, après avoir créée le parti national fasciste en 1921. Trois ans plus tard, Mussolini concentre tous lespouvoirs et définit l’Italie comme un Etat fasciste sans classes sociales, dans lequel l’individu est un rouage de l’Etat et au parti unique. Dans ses discours au Capitole en novembre 1934 et en octobre 1934 à Milan, Mussolini définit sa vision du corporatisme et de la crise économique. Il fait ainsi du système corporatiste la seule alternative pour sortir l’Italie de cette phase, tout en voulantaugmenter son rayonnement international.
Comment s’organise l’Etat fasciste de Mussolini ?
Dans un premier temps, nous reviendrons sur la crise qui affaiblit l’Italie, pour pouvoir expliquer dans un second temps le fonctionnement corporatiste pour en sortir.

La crise qui affaiblit l'Italie a plusieurs origines. Tout d'abord, à la fin de la première guerre mondiale, la situation en Italiedevient très précaire. En effet, le Traité de Versailles, qui met un terme définitif à cette guerre, n'est pas totalement respecté: les territoires promis au pays ne sont pas donnés. De plus, après la guerre, les caisses de l'Etat restent vides, le coût de la vie est élevé (l.7 "la misère matérielle"; l.9 "l'absurdité de la vie chère") et les industries sont en déclains. Tout ceci conduitimanquablement à une peur grandissante d'une éventuelle révolution communiste, d'où une extrême fragilité sociale (l.8 "triste fatalité de la misère physiologique").
Un deuxième élement vient contribuer à la crise: celle de 1929 aux Etats-Unis, avec la chute du capitalisme (l.35/36 "la fin de l'économie libérale et capitaliste"). Le crash de Wall-Street entraine l'économie mondiale en chute libre et lamontée du chômage et de la récession y est fulgurante, ainsi qu'en Europe (touchée à partir de 1931), avec 55 millions de chômeurs dans le monde. Les banques ferment une à une et provoquent les faillites des entreprises et des usines qui doivent licencier. Ce crash génère alors des crises sociales qui faciliteront la montée du fascisme en Italie.

Etudions tout d'abord la naissance du fascisme.Après le mécontentement général et le ressentiment des anciens combattants, il y a émergence d'organisations qui se rassemblent pour lutter contre ce qu'ils qualifient d'injustices. Mussolini apparait alors. Ce journaliste, d'abord militant socialiste, écrit un journal, "Il popolo d'Italia", qui amène à un rassemblement d'individus de différents milieux sociaux. Ce rassemblement ménera à lacréation du premier faisceau de combats milanais par Mussolini, en 1919, qui prendra une ampleur nationale (d'où vient le mot "fascisme", car "faisceau" = "fasci" en italien). Il crée ensuite d'autres faisceaux; d'où viendront les "chemises noires". Cependant, la haute société rechigne à s'engager dans ses mouvements syndicaux et sociaux. Mussolini réussit alors à mêler un aspect "contre-revolutionnaire"(qui leur plait) à une révolution de gauche anti-marxiste (qui plait au peuple). Mais l'Italie ne parait pas se remettre de sa crise financière d'après guerre (l.10 "l'insuffisance éclatante du systême"). La même année, le début de la guerre civil permet au fascisme de s'étendre dans toute l'Italie. Le gouvernement est alors incapable d'arrêter les combats incessants entre les socialistes et...
tracking img