Bilan psychologique de l'enfant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3357 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DE L’ENFANT de 3 à 6 ans

RATTRAPER COURS
Les motifs de consultations chez l’enfant de 3 à 6 ans :
* La dyspraxie

* L’incapacité, la maladresse à effectuer des gestes usuels.
* Diagnostic à partir de 6 ans.
* Figure de Rey pose un diagnostic sûr et rapide.
* Souvent enfants en difficulté scolaire même si le langage et les examens neurologiques neprésentent pas d’anomalie.
Deux cas :
* Enfant sans psychopathologie associée = enfant inhibé et immature (il faut aller voir du côté de la relation mère/enfant)
* Enfant avec psychopathologie, trouble de la personnalité associée souvent de l’ordre du trouble limite avec troubles du schéma corporel assez important. (Dans ce cas, utilité des tests projectifs)

* L’instabilitépsychomotrice – Trouble déficitaire de l’attention – Hyperactivité

* Pas avant 3-4 ans car motricité explosive.
* Quand l’enfant arrive en maternelle à 3 ans, il doit se plier à des règles, il doit se concentrer = cela pose problème.
* Les garçons représentent 80% des cas, avec une demande des parents et souvent de l’école.
* Enfants épuisants.
Deux pôles :
* Pôle moteur = l’enfantest constamment en mouvement, visible dès le 1er RDV.
* Pôle concentration = l’enfant ne bouge pas partout pour autant mais il ne peut pas se concentrer.
Le plus souvent les 2 sont associés avec généralement un pôle dominant.
* Ritaline : médicament sur-prescrit (même si aujourd’hui il est prescrit moins facilement qu’avant).
* Parfois pathologies associées.
* On retrouvesouvent un vécu dépressif chez la mère qui entraîne une angoisse prédominante de mort chez l’enfant : « je bouge donc je suis ».
* Enfants qui présentent une angoisse massive avec autopunition : l’enfant en perpétuel mouvement se blesse, on le puni parce qu’il est dérangeant.

* Troubles du langage
Plus la rééducation est précoce, plus l’enfant est à même de récupérer son retard.
* Lestroubles de l’articulation
* Le zozotement et le chuintement : troubles banals jusqu’à 5 ans.
* S’inscrit souvent dans un contexte oppositionnel ou régressif
* Après 5 ans : on propose rééducation

* Retard de parole
* Déformation des mots existants (« pour » = « pou », « lavabo » = « valabo »)
* Banal jusqu’à 5 ans
* Au-delà de 5 ans : peut entraîner des difficultésd’apprentissage donc on propose rééducation.

* Retard de langage
* Retard d’apparition de la 1ère phrase avec un parler bébé prolongé.
* Passé 4 ans : on envisage une rééducation.
* Très influencé par l’environnement et la relation mère/enfant (se voit dans la consultation, la mère parle bébé à l’enfant)
* On envisage donc aussi une prise en charge, une thérapie mère/enfant carsouvent il y a un désir inconscient de la mère de ne pas voir son enfant grandir.
* Différence de communication avec la mère et à l’école : blocage de l’enfant.

* Perturbations sévères du langage (sans retard mental associé / sans trouble de l’efficience)
* Très peu de vocabulaire, enfant pratiquement incompréhensible
* On envisage une prise en charge précoce pour que l’enfantpuisse suivre une scolarité normale.

* Le bégaiement
* Souvent entre 3 et 5 ans
* On envisage une rééducation vers 5 ans
Il ne faut pas trop attendre pour la prise en charge car l’enfant qui a du mal à se faire comprendre va s’isoler et peut présenter des affects dépressifs.

* Troubles sphinctériens : l’énurésie nocturne
L’énurésie primaire : l’enfant n’a jamais été propreL’énurésie secondaire : il a été propre mais ne l’est plus.
* Touche presque 20 % des enfants aujourd’hui, de 4 à 16 ans.
* Deux fois plus de garçons que de filles.
* On note fréquemment la présence de conflits ou de troubles familiaux: l’enfant ne peut pas s’éloigner de la cellule familiale et de la maison, il garde un œil sur le conflit, il « surveille » et ne s’éloigne pas du...
tracking img