Biographie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 28 (6952 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[Entrez ici le titre du message]

En mai 2008, le Time le classe deuxième sur sa liste des cent personnes les plus influentes au monde.

Vladimir Poutine fit des études de droit à l'Université de Léningrad où il obtient en 1975 son diplôme avec un mémoire consacré à la politique des États-Unis en Afrique. Anatoli Sobtchak, à l’époque professeur à l’université et futur maire de la ville, estson superviseur académique.

Après une formation à Moscou, il devient membre du KGB, où il sert pendant quinze ans au sein de la « Première direction générale », le service de renseignements extérieurs, notamment en Allemagne , en Autriche et en Suisse. En 1985, il sera envoyé en République démocratique allemande, dans le Groupe des forces armées stationné sur place. Il passe cinq ansà Dresde où, sous la couverture de directeur de la « Maison de l’amitié germano-soviétique », il œuvre pour le KGB. 

Avec la réunification allemande et le démantèlement des installations du KGB à Dresde, Poutine sera mis en réserve, retournant à Leningrad début 1990 en tant qu’adjoint aux affaires internationales du recteur de l’Université de Leningrad. Cette même année, Sobtchak l’invite à devenirconseiller aux affaires internationales du Soviet de la ville. En août 1991, il joue un rôle dans les négociations délicates entre le KGB de Leningrad et les structures militaires liées aux putschistes du Kremlin.

Il démissionne officiellement du KGB le 20 août 1991 avec le grade de lieutenant-colonel. De juin 1991 à juillet 1996, Poutine est l’une des personnalités les plus influentes de lapolitique municipale, le « cardinal de l’ombre », officiellement comme président du Conseil de la ville. Il est responsable des relations extérieures de la mairie de Saint-Pétersbourg, et, à partir de 1994, premier adjoint du maire Anatoli Sobtchak (qui a été son professeur à la faculté de Droit).

À l’automne 1995, ce dernier le nomme président de la section locale de « Notre Maison la Russie » (NachDom Rossia - NDR), le parti du Premier ministre Tchernomyrdine. Il sera chargé de diriger la campagne des élections législatives dans la région pour le compte de NDR. Il restera fidèle à Sobtchak malgré la défaite de ce dernier à l’élection municipale de 1996, refusant de travailler avec Iakovlev, de peur de donner l’« apparence de la trahison ». Il démissionne en 1996.

Il est alors nommé àMoscou adjoint au directeur des affaires de la Présidence, Boris Eltsine. En mars 1997, il entre dans l’administration présidentielle pour en devenir vice-président moins d’un an plus tard, doté de pouvoirs étendus, y compris à la gestion des relations avec les régions. En juillet 1998, il est nommé directeur du FSB (Service fédéral de sécurité), poste qu'il n'occupera qu'un mois, jusqu’à lanomination de Evgueni Primakov comme Premier ministre. Cette période est marquée par des luttes politiques intenses qui ont pour effet d’affaiblir Eltsine, physiquement et politiquement.

En 1999 commence une fulgurante ascension, qui va porter cet homme peu connu et d'apparence plutôt terne au sommet du pouvoir en Russie. En août, il est nommé Premier ministre par Boris Eltsine, Stepachine ayantété écarté. Au début du mois de septembre sont attribués aux terroristes Tchétchènes des attentats contre des immeubles d'habitation qui firent plusieurs centaines de victimes à Moscou. Poutine déclare qu'il va « buter les terroristes jusque dans les toilettes », voulant dire par là qu'ils allaient être traqués dans leurs derniers retranchements et abattus sans pitié[2]. Suite à l'intrusion d'unmillier d'islamistes tchétchènes au Daghestan et le risque d'une instauration de la charia, il ordonne, après ultimatum, la reprise des hostilités en Tchétchénie, pour y « restaurer l'ordre constitutionnel fédéral »[3].

Le 31 décembre 1999, à la suite de la démission de Boris Eltsine, il devient président par intérim et est élu président le 26 mars 2000 dès le premier tour de l'élection...
tracking img