Camus la peste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 113 (28040 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CAMUS

“La peste”

(1947)

Roman de 320 pages

Première partie

Le narrateur se propose de relater le plus fidèlement possible les « curieux événements» qui se sont produits « en 194.., à Oran», en Algérie. Un jour d'avril, le docteur Rieux découvrit le cadavre d'un rat sur son palier. Le concierge, monsieur Michel, pensa que de mauvais plaisants s'amusaient à déposer ces cadavres derats dans son immeuble. À midi, Rieux accompagna à la gare son épouse qui, malade, partait se soigner dans la montagne. De plus en plus de rats sortaient de leurs cachettes et venaient mourir dans les lieux publics. Quelques jours plus tard, l’agence de presse Ransdoc annonça que plus de six mille rats avaient été ramassés le jour même. L'angoisse s’accrut dans la ville. Quelques personnes émirentdes récriminations contre la municipalité. Puis, soudainement, le nombre de cadavres de rats diminua, les rues retrouvèrent leur propreté, la ville se crut sauvée. Mais monsieur Michel, le concierge de l'immeuble de Rieux, tomba malade. Le médecin essaya de le soigner, mais sa maladie s'aggrava rapidement et il ne put rien faire pour le sauver : ganglions distendus, taches noirâtres sur les flancs,il fut emporté par une fièvre foudroyante, succombant à un mal violent et mystérieux. D’autres habitants furent frappés et moururent à leur tour, en nombre croissant.
Rieux fut sollicité par Grand, un modeste employé de la mairie, qui venait d'empêcher un certain Cottard de se suicider pour des raisons inconnues.
Rieux consulta ses confrères. L’un d’eux, le vieux Castel confirma ses soupçons :il s'agissait bien de la peste. Rieux réclama des pouvoir publics une action énergique contre la contagion. Après quelques atermoiements, à la mi-mai, l’état de peste fut proclamé. La ville fut isolée. Des mesures sévères règlèrent la vie des habitants, peu à peu assujettis aux privations, à l’ennui et à l’angoisse.

Deuxième partie

« La peste fut notre affaire à tous » note le narrateur. Laville s'installa peu à peu dans l'isolement qui, avec la peur, modifia les comportements collectifs et individuels. Les habitants éprouvèrent des difficultés à communiquer avec leurs parents ou leurs amis qui étaient à l'extérieur. Ils tentèrent de compenser les difficultés de la séquestration en s'abandonnant à des plaisirs matériels.
Rieux apprit que Grand se concentrait sur l'écriture d'unlivre dont il réécrivait sans cesse la première phrase.
Fin juin, Rambert, un journaliste parisien qui souffrait d’être séparé de sa compagne, demanda en vain l'appui de Rieux pour obtenir de pouvoir quitter la ville et regagner Paris.
Cottard, qui était un criminel, semblait éprouver une malsaine satisfaction dans le malheur de ses concitoyens car, ainsi, il serait oublié.
« Pour lutter conte lefléau avec leurs propres moyens », les autorités ecclésiastiques organisèrent une semaine de prières collectives à l’issue de laquelle le père Paneloux, un savant jésuite, prononça à la cathédrale un sermon où il fit du fléau un châtiment lancé par Dieu aux pécheurs. Ce sermon laissa désemparée la ville qui céda à un morne abattement.
Tarrou, nouveau venu à Oran, y avait d’abord goûténonchalamment les plaisirs des temps heureux tout en notant avec prédilection dans ses carnets les aspects provinciaux de la ville ou les comportements insignifiants de certains de ses habitants. L’irruption de la peste mobilisa en lui de plus profondes ressources : un soir du mois d’août, agissant au nom d'une morale de la « compréhension », il vint offrir à Rieux de constituer, pour l’aider, des«formations sanitaires» volontaires. Le médecin, voyant le nombre des victimes ne cesser de croître et les autorités légales se révéler incompétentes, accepta avec joie. Ces équipes se mirent aussitôt au travail. Grand, mû par sa générosité naturelle autant que par la reconnaissance qu’il vouait au médecin, sans renoncer à ses chères activités, assura le secrétariat du service.
Toute autre voie s’étant...
tracking img