Candide un roman d'apprentissage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2762 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Voltaire : Candide Un roman d'apprentissage

Introduction
La structure du conte : L'unité du conte s'organise autour de Candide, présent dans tous les chapitres, souvent escorté d'un compagnon. Cette distribution, associée aux multiples rebondissements du récit, permet à l'ouvrage de se développer comme un conte de formation qui présente les apprentissages du héros. Celui-ci apparaît aupremier chapitre comme doux et innocent. Il mérite son nom, ou plutôt son surnom, dû à sa bonne foi sincère et à sa crédulité. Ses actes et ses paroles empreints de formalisme s'expliquent par une confiance béate et une docilité mécanique héritées de son éducation.
L'apprentissage de Candide : Le personnage conquiert progressivement par l'expérience vécue une certaine indépendance intellectuelle. Sasensibilité naturelle l'aide à confronter le monde aux leçons de son maître Pangloss : il ne pleure pas seulement quand il est chassé du château de Cunégonde, mais aussi devant Lisbonne dévastée ou le nègre mutilé. L'émotivité du personnage accentue d'ailleurs la consistance du récit en donnant une résonance humaine aux moments de bonheur ou de malheur. Candide est impulsif et émotif, maisréfléchi dans ses jugements. Les principaux personnages de Voltaire, Zadig, Scarmentado, Candide, l'Ingénu, apprennent la résignation par l'expérience. Candide réussit finalement à se forger un art de vivre et une sagesse.

I. Un récit d'apprentissage
Le roman se renouvelle au XVIIIe siècle avec Marivaux, Prévost ou Crébillon. Il confronte un être singulier, étranger ou adolescent, à la réalité desmœurs et des civilisations ; il relate toujours l'apprentissage de la vie, la rencontre entre une conscience et le monde extérieur. Les aventures de Zadig, de Candide et de L'Ingénu s'insèrent parfaitement dans cette nouvelle formule narrative.

1. Un héros aliéné par son précepteur : Au début du conte, Candide est complètement aliéné par les discours de son maître Pangloss, qui s'est un jourenflammé pour la philosophie du meilleur des mondes. Il apparaît perdu et incapable de toute décision en l'absence de l'oracle : « Si Pangloss n'avait pas été pendu, il nous donnerait un bon conseil en cette extrémité car c'était un grand philosophe » (Ch. 9).

2. Un tournant : le séjour en Eldorado : L'Eldorado est un espace utopique, qui permet au héros de confronter un nouveau monde à celui dontil vient. Mais ce monde semble irréel, le Mal n'y existe pas. Après un mois d'inerte félicité, le héros commence à reprendre pied dans la réalité. La rencontre du nègre de Surinam atteint les illusions de Candide sur la bonté naturelle de l'homme et la justice, le poussant pour la première fois à renier la philosophie de Pangloss. L'exécution de l'amiral Byng, la rencontre à Venise de Paquette etde Frère Giroflée, la conversation avec Pococurante, le souper avec les six rois déchus suscitent en lui une réflexion de plus en plus sérieuse. C'est pas la confrontation aux différents maux du monde que Candide remet en cause l'optimisme et va forger sa propre philosophie dans le chapitre final.

3. La transformation finale de Candide : La vue de Cunégonde enlaidie et vieille achève l'«éducation » de Candide. Devenu lucide, c'est lui désormais qui voit les problèmes, épouse Cunégonde par « bonté », constate que Cacambo travaille seul pour toute la communauté ; ainsi est-il en mesure de trouver lui-même une solution positive : « Il faut cultiver notre jardin » - et de couper définitivement la parole à Pangloss. On voit donc qu'à travers l'incohérence apparente des aventures, Candide estune œuvre rigoureusement construite dans la mesure où, malgré les apparences, les événements ne sont jamais gratuits et contribuent à la formation de la personnalité du héros et de son attitude face à l'existence.

4. D'autres héros de Voltaire : Zadig et L'Ingénu
Zadig ou l'apprentissage estompé : La difficulté de comprendre le monde : Zadig, pourvu d'une éducation parfaite et « aussi...