Charles bovary, le mari de madame bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2927 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
MADAME BOVARY

CHARLES, le mari de Madame Bovary

Introduction :

Pourquoi s'intéresser à Charles Bovary ? Tout simplement parce qu’il est en réalité le personnage principal du roman de Gustave Flaubert. En effet, quel est celui qui peut se vanter d’être présent depuis l’incipit, le tout début du roman (« un nouveau habillé en bourgeois ») jusqu’à l’excipit, la toute fin du roman (« ilétait mort ») ? Certes, il n’est pas le personnage éponyme. Certes, le roman n’est pas essentiellement centré sur lui. Toutefois, sans lui, l’œuvre n’aurait aucune signification. Quel est la personne qui a poussé Emma à aller vers Rodolphe, puis vers Léon ? Qui est celui qui permet à Flaubert de parler tant de la médecine, et donc à travers lui, exprimer sa notion du réalisme ? C’est bel et bienCharles, le mari de Madame Bovary, et nous allons donc tenter d’expliquer en quoi est-il si important.

A : Une inintéressante vie ? :

I : Une jeunesse annonciatrice de sa vie future :

Gustave Flaubert fait pour la première fois allusion à Charles dans l’incipit de « Madame Bovary ». Il parle d’ « un nouveau habillé en bourgeois ». C’est par ailleurs une scène pour le moins humiliante qui vasuivre. Le roman commence en effet par le très fameux épisode de la « casquette ». Cette scène est donc le premier contact entre le lecteur et Charles. Il en a déjà ainsi une image plutôt mauvaise, et l’idée qu’il est assez peu respecté par les autres, sans pour autant réagir.

Son père, Charles-Denis-Bartholomé Bovary, est un ancien aide-chirurgien major. Parallèle avec le père de GustaveFlaubert. Sa vie consista en une suite d’échecs. Il connaîtra une fin proche de celle de son fils, à savoir « dégoûté des hommes ». Sa femme, dont on ne connaît le nom, est présente néanmoins tout au long du roman. Elle a été trompée par son mari, en avait été énervée, mais l’avait finalement accepté. Un peu comme son fils, à part qu’il ne le savait pas... Pour conclure sur ses parents, leur caractère etleurs vies sont annonciateurs de la vie de Charles. Notion d’hérédité chère à Zola.

En ce qui concerne ses études, il les suit avec un curé, puis est envoyé à Rouen quelques années plus tard. C’est un élève normal, sans personnalité, qui obéit, et sans discourir. C’est sa mère qui décide de son ’’orientation professionnelle ’’ : il deviendra médecin, même s’il ne comprend rien aux sciences età la biologie. Il échoue même au concours d’officier de santé, mais il le réussit par la suite.

Il reste maintenant à choisir la ville où s’établir. Ce sera Tostes. Il reste aussi une femme à trouver. C’est la dénommée Madame Dubuc.

II : L’échec de son premier mariage :

Il se marie donc avec la charmante Madame Dubuc... Charmante est un bien grand mot ! En effet, elle serait plutôt laide,tyrannique, et surtout assez vieille par rapport à lui, ayant quarante-cinq ans. Elle l’épie même à chacune de ses consultations féminines... On ne peut donc pas dire que ce soit une brillante réussite ! Seulement, « une nuit, vers onze heures, ils furent réveillés par le bruit d’un cheval qui s’arrêta jusqu’à la porte »...

III : Le tournant de sa vie, sa rencontre avec Emma :

C’est donclors d’une simple consultation médicale que Charles va croiser l’amour de sa vie, à savoir Emma Rouault. Les circonstances d’abord. Rien ne s’y prête ! Il fait nuit, il est quatre heures du matin, et on est dans une ferme. Et Emma lui plaît énormément. Et il revient donc maintenant chaque semaine chez les Berteaux, pour voir Emma. Mais sa femme n’apprécie guère, et elle refuse qu’il y retourne. Parla suite, coup de chance ! Madame Dubuc meurt ! Il est tout de même triste : « elle l’avait aimé, après tout ».

IV : Les débuts du mariage et le déménagement à Yonville :

Une fois le deuil passé, il se décide enfin à vouloir demander en mariage Emma au Père Rouault. Et c’est bien là qu’on voit le manque de courage de Charles : il n’ose le demander franchement ; il se contente d’ailleurs...
tracking img