Cinq lecons sur la theorie de lacan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 45 (11136 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
 Cinq leçons sur la théorie de Lacan, Nasio

Première leçon :
Les deux concepts majeurs : l’Inconscient et la jouissance

« L’incst est structuré comme un langage »
« Il n’y a pas de rapport sexuel »
 Les deux piliers de l’édifice théorique de la psychanalyse.

« L’incst est structuré comme un langage »

 Triade symptôme, inconscient, jouissance

- le symptôme est unevnt ds l’analyse, une des figures sous lesquelles se présentent l’expérience. Tout symptôme manifesté au cours de la cure constitue une expérience analytique.
- Expérience analytique a deux faces :
1. face empirique : l’expérience est le point limite d’une parole, l’instant où la parole échoue. Instant où le patient dit et ne sait pas ce qu’il dit. Moment du balbutiement, du bégaiement, où ilhésite, où sa parole défaille. On s’intéresse au moment où le lg fourche et la où la parole dérape.
2. face abstraite : là où la parole échoue, apparaît la jouissance. Au moment où le patient est dépassé par son dire, surgit la jouissance.
 expérience = moment où la parole échoue > là où la parole échoue, apparaît la jouissance.

A. Le symptôme
- le symptôme est avt tt un acte y, produit au delàde tt intentionnalité et de tt savoir conscient. C’est une manifestation de l’incst.

a) Trois caractéristiques :
1. la façon dont le patient dit sa souffrance : détails inattendus de son récit, paroles impromptues. Ex : analysante phobie du pont > détail de l’homme en uniforme.
2. théorie formulée par l’analysant pour comprendre son malaise : le patient construit sa théorie tt personnelle,sa théorie de poche pour tenter d’expliquer sa souffrance. Qqc de FONDAMENTAL : si ds les entretiens préliminaires, le sujet n’a pas d’idée de la raison de sa souffrance, c’est le psy qui devra favoriser le surgissement d’une théorie en amenant le patient à s’interroger sur lui-même.
3. le psychanalyste fait partie du symptôme : il appelle et inclut la présence du psy. Le symptôme ouvre la porteau transfert analytique. Transfert en analyse = moment particulier où l’analyste fait partie du symptôme du patient. C’est ce que Lacan nomme le sujet-supposé-savoir.

b) Le Sujet-supposé-savoir
Il ne s’agit pas tellement pour le patient de supposer que l’analyste sait, ms de le supposer surtout à l’origine de sa souffrance ou de tt evnt inattendu. Qd je souffre ou dvt un evnt qui me surprend,je me souviens de mon analyste à tel point que ne puis éviter de me demander s’il n’est pas une des causes.
Ex : ds une analyse, un patient déclare : « depuis que je viens ici, j’ai l’impression que tt ce qui m’arrive se rapporte au W que je fais ac vs » ou « je suis tombée enceinte, mais je suis sure que ma grossesse est directement liée à mon analyse ». l’analyste devient le père spirituel del’enfant, la cause de l’évnt. L’analyste est à la place de la cause du symptôme. Aussi, l’expression lacanienne sujet-supposé-savoir = l’analyste pd d’abord la place du destinsataire du symptôme, puis au-delà celle d’en être la cause. Le psychanalyste devient l’Autre du symptôme

- il est primordial de comprendre comment au fil des séances, le phénomène de la supposition finit par l’inclure dsle symptôme de l’analysant. Ex : pour un obsessionnel : il faut se dire à soi même que l’on fait partie du symptôme dt il souffre.

B. La face signe et la face signifiante du symptôme

a) distinction signe / sa
- la face signe lié au phénomène de supposition. Face signe = un evnt douloureux ou surprenant arrive, le patient l’explique et place aussitôt l’analyste ds le rôle d’être à la foisl’Autre du symptôme et la cause du symptôme.  définition du signe pour Lacan : un signe est ce qui représente qqc pour qqn.
- La face signifiante = cette souffrance qui s’impose à moi, hors de ma volonté, est Un évnt parmi d’autres evnts qui lui sont rigoureusement liés, un envnt qui, à l’opposé du signe, n’a pas de sens.

b) les critères du sa
un sa peut etre tout aussi bien un lapsus, un...
tracking img