Commentaire de texte

En 1959 Aragon publie Un homme passe sous la fenêtre et chante, extrait d’Elsa, célèbre recueil de poème. Comme dans tout le recueil il s’agit de poésie amoureuse. Le registre élégiaque de ce poème montre à quel point il s’agit d’une plainte. Aragon était un membre du mouvement Dada et du mouvement surréaliste. Ici, il comte l’histoire d’un amour tué par le temps. Nous allons tenter de comprendrece qui cause la perte de cet amour si Idyllique aux yeux d’Aragon. Pour répondre à cette question nous commencerons par étudier la présence de l’amour mais aussi par quoi elle est comparée ainsi que le sentiment de liberté vécue par les personnages. Puis dans un autre temps nous verrons comme le temps cause la perte de cet amour et comment dans un bilan de sa jeunesse Aragon le voit.

L’amouret la liberté sont étroitement liés dans la première strophe. Les amants, Aragon et sa compagne, sont caractérisés par le « Nous » qui est utilisé à six reprises dans la première strophe. Ce « nous » représente un tout qui est « faits ». Le verbe faire donne un côté biblique au vers ; « nous étions faits » Comme s’ils avaient été conçus « pour être libres » ou « pour être heureux » Cette imagerappelle Adam & Eve qui avaient été créés par dieu pour être libre et heureux. L’image de l’amour est aussi peinte à travers les nombreuses comparaisons.
En effet il y a de nombreuses comparaisons dans la strophe : « Comme la vitre pour le givre » Il est vrai que l’hiver apporte le froid et l’apparition de givre sur les vitres est un quelque chose de logique. Cette chose qui paraît logique etnormal est comparée au fait qu’ils sont « faits pour être heureux » et « libres ». Les comparaisons s’enchaînent avec notamment : « et les vêpres pour les aveux ». Les vêpres désignent l’heures de l’office, entre none et complies, que l’on récite ou que l’on chante. Les vêpres sont associées aux « aveux ». Une fois de plus Aragon compare sa relation avec quelque chose de conforme. Il continu etécrit « Comme la grive pour être ivre » L’élément de comparaison « comme » est à nouveau employé puis le grive est ici associé à l’ivresse. La grive est un petit oiseau il est assimilé à l’état d’ivresse dans le but de montrer que l’oiseau est exalté. De plus l’allitération en « R » donne une certaine sonorité au vers. Encore une fois la comparaison renforce la logicité de l’état des deux amants. Ladernière comparaison « Le printemps pour être amoureux » souligne une dernière fois qu’ils sont « faits pour être heureux ». Ensuite la construction des phrases sont presque toutes identiques « Nous étions fait pour être » Ainsi commence le premier, le second, le septième et le huitième vers de cette première strophe. Cette répétition est là pour souligner l’idée qu’ils sont « fait pour êtrelibres » & « heureux ». Ensuite la préposition « pour » est présente dans tout les vers de la strophe et elle est suivie du verbe « être » à l’infinitif sauf pour le troisième et le quatrième vers. La construction « pour être » est répétée pour évoqué la liberté : « pour être libres » ; « pour être heureux ». Car l’amour et la liberté sont étroitement liés, il n’y a pas d’amour sans liberté.La liberté et la joie sont deux choses fondamentales au bonheur. En effet le champs lexical du bonheur est présent : « libres »; « heureux »; « ivre »; « amoureux »; « libres » et « heureux ». Tous ces adjectifs sont précédés de la construction « pour être » car ils définissent un état qui évoque la liberté. Tout les vers comportent dont des octosyllabes ce qui montre un lien entre eux. De plus lesrimes sont croisées. La marque du pluriel au verbe « faits » montre que ce n’est pas qu’Aragon qui ait fait « pour être libres » mais Aragon et sa compagne.

Cette sensation de liberté et d’amour ne dure pas. L’ennemi de l’amour vient détruire la relation des deux amants qui semblait parfaite.

Le temps tue leur amour. Tout d’abord Le vers commence par « Le temps qui passe passe passe »...
tracking img