Commentaire diderot-le voyage de bougainville

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (662 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Diderot
La dimension critique
Critique de l’esclavage, de la violence et de la conquête
Critique de la civilisation
Désacralisation de l’Européen
L’élogeL’éloge de l’état de nature
Eloge de l’épicurisme et de l’hédonisme
La dimension critique
Critique de l’esclavage, de la violence et de la conquête. Diderot dénonce laconquête du Nouveau Monde par les Européens, par conséquent, le vieillard apparaît comme le porte-parole du philosophe des Lumières.
La périphrase « Chef des Brigands » montre que la conquête estune usurpation.
Présence du Champ Lexical de la violence « fureur, féroce, haïr, égorgé, sang » + la récurrence des allitérations en « R » met en exergue la barbarie des européens.
La question derhétorique « Qui es-tu donc pour faire des esclaves ? » souligne l’absurdité de l’esclavage.
Le paradoxe : « Tu n’es pas esclave tu souffrirais la mort plutôt que de l’être et tu veux nous asservir» indique toutes les contradictions du discours de l’Européen.
Critique de la civilisation Le vieillard dénonce la civilisation européenne et critique par conséquent l’ethnocentrisme.Ainsi, Diderot propose une analogie entre le monde primitif et le monde civilisé.
L’adjectif « féroce » est un procédé d’animalisationqui montre que l’Européen se croit supérieur à l’homme primitifalors qu’il se comporte comme une bête
Critique de la propriété privée révélée par l’expression « _ Je ne sais quel distinction du tien et du mien_ ». L’expression « je ne sais quel » traduit lemépris de l’homme civilisé.
C’est donc la civilisation qui serait à l’origine de la violence et de l’inégalité parmi les hommes.
Désacralisation de l’Européen Récurrence d’oxymores : « inutilelumière, vertu chimérique » produit une désacralisation des valeurs européennes
L’antithèse « Tu n’es ni un D…, ni un Démon » renforce cette désacralisation de l’Européen.
Le vieillard imite...
tracking img