Commentaire le loup et l'agneau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1969 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Français Le Loup et l’Agneau

1 Présentations

Jean de La Fontaine :

Fables :

Qui mieux que La Fontaine peut parler de ses Fables ? Il avoue : « Je chante les héros dont Esope est le père ». Cette évidence nous est donnée dès le premier de la dédicace du livre I. La Fontaine poursuit dans sa dédicace et donne sa définition du genre :
-Visée didactique : « Chaque Fable contient des vérités qui servent de leçon »
- Bestiaire : « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes. »
- Docere Placere : « Et si de t’agréer je n’emporte le prix,

J’aurai du moins l’honneur de l’avoir entrepris. »
- Il enrichi cette autodéfinition : Les Fables pour lui sont « une ample comédie. » Fable I, Livre IVC’est dans le livre VIII qu’il nous livre le secret du « Pouvoir des Fables. »

L’entreprise des Fables est originale : C’est une œuvre de maturité, ambitieuse (12 livres, 3 éditions). La Fontaine dédicace ses Fables à trois personnes : - Le dauphin (1è édition.)
- Mme de Montespan, la favorite de Louis XIV (2è édition.)
- Le duc de Bourgogne,petit fils de Louis XIV (3è édition.)
Ce projet est donc très ambitieux. Le deuxième recueil témoigne de l’évolution de La Fontaine. Il est passé de rédacteur de prologues pour enfant à auteur de « journal » traitant l’actualité, la société. Dns le livre III, le cycle humain est dominant (une seule fable met en scène un bestiaire.) On trouve La Mort et le Mourant (Philosophique), Le Savetier etle Financier (Economique), Le Pouvoir des Fables, Les Femmes et le secret…

Le Loup et l’Agneau :

C’est une des Fables les plus féroces que La Fontaine a pu écrire. C’est la Xe du Ier recueil des Fables, elle succède au Loup et le Chien (Fable V). C’était alors un loup affamé et faible face à un chien asservi. Mais ici le loup est affamé et cruel. Ici la morale est énoncée au début, c’estune sorte d’ouverture. En moins de 30 vers (29), la F. fait le récit d’une rencontre. Dès le début, on sait comment cela va finir car nous voyons un Loup affamé et un Agneau. La Fontaine en tire une sorte de portée universelle entre les forts et les faibles. Ici les Loups mangent les Agneaux, les Forts écrasent les Faibles.
Si on regarde bien, la Fable peut-être très courte mais non contentd’exercer sa violence sur la faible, ce qui serait naturel, le Loup, par une argumentation inverse les rôles et se pose comme victime (il  est bourreau).
En étudiant cette fable, nous assistons à un procès qui n’en est pas un. L’argumentation du Loup est de mauvaise fois, celle de l’Agneau est d’une véritable candeur. Pourtant, celui qui est de mauvaise foi triomphe. C’est immoral.

2 Planproposé

Partie 1 : Comment l’auteur met-il en place l’univers de la Fable ?
Partie 2 : L’enjeu de cette fable est un procès.
Partie 3 : Sens profond du texte, sens de la fable.

3 Etude du texte

Partie 1 :

L’art du récit : V.3 et 4, le paysage est montré comme bucolique, il est plus suggéré que détaillé. L’eau est une « onde pure », synonyme de fluidité, de lumière. Il y a une impression defraîcheur. Cette idée de paysage bucolique se retrouve. Au V. 26 (« au fond des forêts ») se fait une opposition totale entre la clarté du début et le fond obscure de la forêt où se fait un enlèvement et une mise à mort. La fin correspond d’ ailleurs à la règle de bienséance établie au XVIIe ; en effet, le crime se passe dans les « coulisses ». Le décor clair au début face au décor sombre de lafin aura un sens plus profond.
Une des réussites de la fable est sa progression narrative, la forme correspond au fond. La prosodie correspond au déroulement du récit. Il y a trois types d’énoncés correspondants à des utilisations de vers différentes : - La sentence, distique.
- Le récit, formé de trois vers, séparé en deux parties.
- Le dialogue, au milieu....
tracking img