Le berger et son troupeau, jean de la fontaine.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (693 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean de La Fontaine est un fabuliste ayant marqué tout un sièle avec ses fables. Nous allons nous intéresser à la fable Le Berger et son Troupeau publiée en 1678. Poème en vers octosyllabiques et enalexandrin. La quasi totalité des Fables de La Fontaine contienne une morale, plus ou moins facile à percevoir. Cette fable commence par la narration d'une banale anedocte rurale pour finir avec unevériatable leçon de morale à la fin.

Nous allons nous demander comment derrière la mise en scène amusée d'une anedocte rurale s'élabore une définition tragique de l'Homme.

Dans un premier temps,on se demandera si les personnages et animaux jouent un rôle fondamental.
Dans un second temps, nous allons essayer de déceler les propos qui nous conduisent à la morale.

Dans la première partie v1à 11 de la Fable c'est le berger qui fait un monologue et raconte une histoire " banale ". On y apprend qu'il a des nombreux moutons " ils étaient plus de mille " v. 4 . Exagération du nombre demouton mais celui qui pleure c'est " Robin mouton " v 6 car il est mort.

Le mouton porte un nom et avait une hitoire particulière, l'animal prend l'aspect d'un Homme. Monologue de Guillot -> registrepathétique.

Les moutons sont en quelques sorte des Humains ils font la promesse au berger de faire fuir le Loup aux alentours. " de ne + bouger .. " 19. Les moutons ne forment alors qu'un seulcorps et sont prêts face à leur ennemis. " Chacun en répond sur sa tête " Engagement de la part de tous les moutons. Discours direct : " Nous voulons ... " v 20/21 La Fontaine utilise là unepersonnification. Les moutons jouent le rôle d'un peuple soudé face aux problèmes qu'ils recontrent. Ils veulent se venger de la mort d'un des leurs.

Total confiance du maître envers ses bêtes " cela seulsuffirait pour écarter les Loups " Il croyait que seulement ceci suffirait. foi de peuple d'honneur " v 18 deux adjectifs « funèbre » (v.12) et « célèbre » (v.13) qui sont des hyperboles soulignant...
tracking img