Commentaire philosophique du discours de rousseau sur les fondements de l'inégalité parmis les hommes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1542 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication du texte de Rousseau (1ère partie)

Dans son discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, écrit en 1755, Rousseau, un écrivain et philosophe français, défini la perfectibilité qui serait une qualité fondamentale de l’homme civilisé. Il compare ainsi l’homme et l’animal pour comprendre les enjeux de la perfectibilité, or on constate que l’homme peutcertes progresser mais aussi régresser en deçà de la bête. Comment se fait-il que l’homme est le seul animal à pouvoir régresser ? Quel est le rôle de la perfectibilité dans l’expérience humaine ? La perfectibilité est donc une qualité qui se retrouve dans tous les individus appartenant à l’espèce humaine ; c’est le pouvoir d’inventer, d’apprendre, d’enseigner et de transmettre. C’est aussi le pouvoird’améliorer les performances des ses facultés par l’exercice (se perfectionner) au contraire de l’animal qui possède l’instinct. Or Rousseau affirme nettement que l’homme à l’état primitif et l’homme civil s’opposent sur de nombreux points : L’auteur pense effectivement que l’homme non-civilisé est meilleur que l’homme civilisé.

Dans la première partie du texte, Rousseau définit ce qu’est pourlui la perfectibilité, idée qui, selon lui ne peut pas être contestée, car c’est le caractère spécifique de l’homme socialisé c'est-à-dire la principale différence qui le distingue radicalement de l’animal.
Rousseau dit de la perfectibilité que c’est une faculté comme la volonté, la sensibilité ou bien l’imagination. Donc ici se perfectionner est une qualité propre de l’espèce humaine qui luipermet d’inventer, d’apprendre, d’enseigner mais aussi le pouvoir d’améliorer la performance de ses facultés par l’exercice c'est-à-dire son habilité. Ceci se rapporte à la première nature de l’homme : son éducabilité. En effet l’homme peut se civiliser en se disciplinant et en s’instruisant : humaniser l’esprit en le perfectionnant ce qui lui permet de pouvoir penser et juger donc d’être libre.Mais l’éducation doit aussi orienter l’habilité humaine de sorte qu’elle soit positive. L’auteur précise aussi que dans certaines situations qui forcent l’homme à s’adapter, la perfectibilité peut être un catalyseur entraînant le progrès des autres facultés de l’homme comme la mémoire. De plus, l’homme n’est pas un animal comme les autres car il ne se contente pas de s’adapter dans le milieu en letransformant mais il projette aussi de multiples significations pour pouvoir mieux s’y adapter, lui donne un sens symbolique alors que l’animal a des réponses immédiates  c'est-à-dire que l’animal est doté d’instinct, un comportement fixe et spécifique prédéterminé, dont il n’est pas le maître. De plus, il a acquis de naissance la totalité de ce qui lui est possible d’être, il ne connait donc niprogrès ni histoire. Cependant il existe bien un apprentissage durant les premiers mois de la vie de l’animal mais c’est seulement pour actualiser son instinct. L’homme est donc à la base plus démuni que l’animal parce qu’il est inachevé donc il peut progresser mais aussi régresser : la finalité de l’homme n’est pas inscrite dans son corps. L’homme n’est pas né pour vivre de tel ou tel manière quiserait inscrite dans sa nature, il est né pour apprendre à vivre, il doit sans cesse renaître. Il n’existe aucun destin biologique humain : l’homme ne nait pas homme comme l’animal nait animal, il doit le devenir.

Pour faire admettre sa thèse, Rousseau pose deux questions rhétoriques c'est-à-dire qu’il donne lui-même la réponse dans sa démonstration dans la 3ème partie du texte. Ainsi, grâce àces questions il invite le lecteur dans sa démarche. C’est une bonne manière de convaincre et de persuader.
A travers la 1ère question, l’auteur insiste sur le fait que l’homme est un animal spécifique car c’est le seul qui peut régresser car c’est le résultat de la perfectibilité inné chez tout homme. Il devient même un acteur passif de son existence car il souffre de quelque chose qu’il n’a...
tracking img