Commentaire sur l'enfant de v.hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (611 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« L’enfant » est tiré du recueil « Les Orientales » de Victor Hugo. Celui-ci l’a écrit en 1829. A l’époque, c’est un sujet d’actualité car les Grecs se sont révoltés contre les Turcs et l’Europedéfendait la cause des insurgés. Ainsi, dans ce poème, Victor Hugo fait état de ses opinions politiques et même philosophiques puisque, d’après lui, le poète peut se mêler de tout.

La Guerre est l’axeprincipal de ce poème, notamment parce que V. Hugo veut en dénoncer implicitement les conséquences désastreuses de celle-ci. Ce procédé est utilisé à la fois pour faire réfléchir le lecteur, maisaussi pour le rallier à sa cause : lutter contre la guerre et ses méfaits.
En effet la guerre n’est jamais évoquée telle quelle. Seul le début du premier vers nous fait comprendre qu’un combat a eulieu. Cette ellipse « les Turcs ont passé là » introduit une impression d’accélération qui pousse le lecteur à pensé au pire, d’autant que le reste du vers et le vers suivant sont au présent,contrairement aux quatre vers suivants. L’utilisation de ce temps donne impression au lecteur qu’il est présent à cet instant, qu’il est témoin de cette bataille.
Le lecteur est également aidé grâce auxantithèses. Par exemple vers 1, « Tout est ruine et deuil » contredit l’expression du vers 5 « Ses coteaux, ses palais » ainsi que le vers 6 « Un choeur dansant de jeunes filles » ce qui se rapporte à larichesse, à la joie, au bonheur. Vers 2 « sombre écueil » s’oppose au soleil, qui est nécessaire pour « ombrager les charmilles » comme il l’est dit vers 3.
Cependant, dans la plupart des strophes, unélément vient rappeler les combats : « ruine et deuil » strophe 1 (vers 1), « pleurs » strophe 3 (vers 19), « chagrins » strophe 5 (vers 30) et « de la poudre et des balles » strophe 6 (vers 41).
V.Hugo est horrifié par la guerre, il l’exprime notamment grâce à une citation de Shakespeare tirée de Macbeth « Ô horror ! horror ! horror ! »
L’île n’est plus qu’un « sombre écueil » où « tout...
tracking img