Commerce international

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2831 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Section 1 - Les déterminants des échanges internationaux

Il convient de distinguer les théories traditionnelles de l’échange international de la nouvelle théorie du commerce international. Pour conclure, en nous appuyant sur l’article d’H. Bourguinat, « Le libre-échange : un paradigme en situation d’inconfort », nous indiquerons les limites à prendre en compte dans l’explication de l’échangeinternational en situation d’économie globalisée.

A - Les théories traditionnelles de l’échange international

On distinguera les théories fondées sur les différences internationales de coût de celles fondées sur les différences internationales de technologie.

1 - Les théories fondées sur les différences internationales de coût

Elles concernent la théorie ricardienne des coûtscomparatifs et celle connue sous la dénomination modèle HOS (Heckscher-Ohlin-Samuelson).

a - La théorie de Ricardo des avantages comparatifs
Adam Smith expliquait l’échange international par les différences de coûts de production par comparaison des coûts absolus : un pays importe un bien si sa production nationale est plus coûteuse que son importation. David Ricardo prendra en considérationles coûts comparatifs. Explicitons le mécanisme de l’échange à partir de deux économies A et B en situation initiale d’autarcie, produisant deux biens, le drap et le vin.
Les coûts de production en heures de travail sont plus faibles dans la production des deux marchandises dans le pays A. Pour produire une unité de drap et une unité de vin, il faut respectivement :
- dans le pays A, 90 H et80 H de travail ;
- dans le pays B, 100 H et 120 H de travail.
En application de la théorie d’A. Smith des avantages absolus, il apparaît un avantage absolu pour le pays A dans les deux biens. Mais selon D. Ricardo, les deux pays ont intérêt à se spécialiser et à échanger leur production. Selon quel scénario ? Pour le déterminer, il est nécessaire de calculer les coûts relatifs unitaires deproduction du drap par rapport au vin dans les deux pays. Le ratio est de 90/80 dans le pays A et de 100/120 dans le pays B (Inversement, les coûts relatifs unitaires de production du vin par rapport au drap conduisent au ratio de 80/90 dans le pays A et de 120/100 dans le pays B).
Cela signifie que si dans le pays B, on souhaite accroître la production de vin d’une unité, le pays B doit dégager 120H de la production de drap et renoncer ainsi à la production de 1,2 unité de drap (120/100). Inversement pour augmenter la production de drap d’une unité, le pays B doit dégager 100 H de la production de vin et renoncer ainsi à la production de 0,83 unité de vin (100/120).
Dans le pays A, la situation est différente : pour élever la production de vin d’une unité, il faut renoncer à 0,88 unitéde drap (80/90) et pour élever la production de drap d’une unité, il faut renoncer à1,125 unité de vin (90/80).

Soit le tableau récapitulatif suivant de la situation des pays A et B :

Pays A Pays B Coût relatif dans le pays A
(DV et VD)
Coût relatif dans le pays B
(DV et VD)
Drap 90 100 =90/80=1,125
=100/120=0,83
Vin 80 120 =80/90=0,88=120/100=1,2

On remarque que comparativement, le vin est plus difficile à produire que le drap dans le pays B alors que dans le pays A, le drap est plus difficile à produire que le vin. Le pays A se spécialisera dans la production de vin qu’il exportera en partie et le pays B se spécialisera dans la production de drap qu’il exportera en partie.
Ricardo pose le principe de l’avantage comparatif: chaque pays a intérêt à se spécialiser dans la production du bien pour lequel il détient l’avantage comparatif le plus élevé. Chaque pays tirera un gain à l’échange en exportant le bien pour lequel il dispose d’un avantage comparatif et en important le bien pour lequel il ne dispose pas de cet avantage.
Comment s’établit alors le rapport d’échange international ?
Raisonnons à...
tracking img