Concurrence monopolistique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2391 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
Concurrence monopolistique
On parle de concurrence monopolistique pour caractériser les situations de marché dans lesquels les produits ne sont pas homogènes. E. H. Chamberlin est le père de la Théorie de la concurrence monopolistique (1933).
Les producteurs s'efforcent de différenciers leurs produits de ceux de la concurrence pour obtenirune sorte de monopole : Être seul à proposer un bien ou un service ayant telles ou telles caractéristiques (SAV, innovation techniques, prestige de la marque,...), c'est la situation sur les marchés de l'automobile, la publicité joue un rôle essentiel pour persuader le consommateur que le produit proposé est unique. Ce mélange de monopole et de concurrence est appelé concurrencemonopolistique par les économistes
-------------------------------------------------

La concurrence monopolistique

1.
La concurrence monopolistique offre l'avantage d'expliquer simultanément les trois faits majeurs des échanges contemporains. Elle explique l'apparition d'un commerce intra branche par le jeu simultané et complémentaire des trois déterminants que sont lesrendements d’échelle, l’effet pro compétitif des échanges et la diversification des variétés disponibles pour le consommateur.

Une présentation générale

Définition de la concurrence monopolistique

La concurrence monopolistique est un régime de concurrence hybride, entre le monopole et la concurrence pure et parfaite. La différenciation utilisée par les modèles de commerceinternational est horizontale. Chaque entreprise d'une industrie propose un produit différent de ceux de ses concurrents (taille, forme, couleurs, caractéristiques) mais de qualité et de prix comparables. Il y a concurrence monopolistique lorsque les trois conditions suivantes sont réunies :
• Il y a libre entrée et libre sortie des firmes dans l'industrie. Laconcurrence aboutit donc inexorablement dans le long terme à l'égalisation de la recette moyenne et du coût moyen (équilibre à profit nul).
• Chaque firme dispose de sa propre clientèle (demande résiduelle). L'importance de cette clientèle dépend du nombre de concurrents sur le marché et du degré de différenciation de leurs produits.

2.
• Chaque entreprise considère les prix de sesconcurrents comme donnés. Elle ignore donc l'impact de son propre prix sur celui des autres firmes ; ce qui revient à dire qu’elle n'a pas de comportement stratégique, en raison du grand nombre de concurrents présents sur le marché.
• Contrairement à la concurrence pure et parfaite, la concurrence monopolistique reste compatible avec l'existence de firmes exhibant des coûtsmoyens décroissants : en effet, aucune firme ne peut capter l'intégralité de la clientèle de ses concurrentes, en raison de la différenciation des biens régnant sur le marché.

L’apparition des échanges internationaux

Imaginons un monde composé de deux pays. Chaque pays dispose de la même industrie, avec plusieurs firmes identiques : chaque firme fabrique une variétédifférente du même bien avec la même technique de production, exhibant des rendements croissants d'échelle. De plus, la technique de production employée est la même dans les deux pays et les dotations en ressources nécessaires à la production (travail, capital, terre) sont aussi identiques et immobiles au plan international. Enfin, les ménages des deux pays ont les mêmesgoûts. Ils consomment les mêmes quantités de chaque variété à leur disposition.
Un tel monde ne présente aucun avantage comparatif, puisqu'il n'existe aucune différence dans les coûts moyens de production. Selon les modèles traditionnels des échanges, l'échange international est inutile, puisqu'il n'apporterait aucun gain de bien-être aux deux pays.

Pourtant, on peut montrer que,...
tracking img