Copland, fanfare

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1920 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FANFARE FOR THE COMMON MAN ;AARON COPLAND :L’œuvre et son contexte + l’œuvre et sa structure interne. |

« Fanfare For the Common Man » a été composée en 1942. Elle est l’œuvre la plus célèbre du compositeur américain Aaron Copland. Elle est plus citée pour le contexte sociopolitique de sa genèse que pour ses techniques musicales. En effet, il s’agit d’une œuvre qui frappe particulièrement parsa simplicité la rendant accessible à tous ; mais derrière cette simplicité apparente se cache une construction précise qui en fait une œuvre emblématique énormément reprise dans la postérité du compositeur.
Instruments utilisés :
* Trois trombones.
* Trois trompettes.
* Quatre cors.
* Des percussions : cymbales, tam-tam (gong), grosse caisse, et timbales.
* Un tuba.Qu’est-ce qu’une fanfare ?
* Formation musicale composée de cuivres et de percussions ayant principalement une vocation militaire. Caractère solennel.
* Le mot « fanfare » peut également qualifier une pièce jouée par cette formation musicale. Dans ce cas, il s’agit d’un air musical énergique et proclamateur de courte durée interprété par des trompettes ou un ensemble de cuivres et de percussions.* Copland va respecter ces caractéristiques de la fanfare. Ce genre musical existe depuis très longtemps et sert à célébrer un événement, triste (enterrement) ou heureux (fêtes, sacres). Il est largement performé par les « marching bands ».
« Fanfare » évoque bien sûr des associations militaires et des événements guerriers, ce que l’on peut mettre en relation avec la situation des Etats Unisen 1942 (Seconde Guerre Mondiale) et les circonstances de la commande de l’œuvre par Eugene Goossens.
Caractéristiques musicales de la fanfare :
* Caractère festif ou solennel.
* Aspect rythmique généralement redondant mais qui peut être plus travaillé.
* Mélodies le plus souvent disjointes, construites sur des accords parfaits et des triades.
Analyse rythmique de l’introduction auxpercussions :
Il y a une impression de ralentissement entraînée par le choix du rythme des percussions. Ce choix n’est pas très conventionnel. Les trois coups créent un effet d’appel et évoquent l’annonce d’une pièce de théâtre : Copland prépare ainsi l’auditoire à sa pièce.

Les différentes parties :
Fanfare For The Common Man est une œuvre à plusieurs sections. Elle est largement construitesur le principe de répétition variée ainsi que sur celui de l’accumulation des plans sonores. Son thème est entendu quatre fois avec une introduction et une coda.
* Introduction.
* Section A.
* Section A’.
* Section A’’.
* Section A’’’.
* Coda.
Chacune des sections revient avec des incises de thème qui subissent à chaque fois quelques modifications. On retrouve le motifprincipal dans la coda, mais sans l’incise de thème principal ; distinction par rapport aux sections précédentes.
L’exposition du thème est basée sur une mélodie simple qui nous installe dans un cadre tonal et diatonique.
Introduction :Elle est uniquement réalisée par les percussions. Les timbales, la grosse caisse, et le tam-tam participent à cette ouverture homorythmique. La métrique indiquéeest 4/4, mais rapidement, la pulsation va à l’encontre du schéma d’accentuation conventionnelle. * Première mesure : noire – soupir – croche – croche – soupir. * Deuxième et troisième mesures : Copland décale le rythme d’un temps en interposant un autre soupir entre la noire et les deux croches. Suivent ensuite trois temps de silence. * Quatrième mesure : le modèle débute sur le premier temps,se répétant à nouveau, avec l’indication ritardando.=> Effet de ralentissement du au déplacement systématique du temps fort. Ainsi, dès l’introduction, Copland montre une certaine liberté rythmique, en ne respectant pas les barres de mesure de façon conventionnelle et rigoureuse.Section A :Incise a, incise b, puis percussions. MonodieLe thème de la Fanfare dure six mesures et se divise en...
tracking img