Corpus zola

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (679 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :
Le corpus rassemble quatre textes écrits par l’écrivain et journaliste Français, Emile ZOLA, naturaliste du 19 ème siècle.
Le premier est un extrait du roman de ThérèseRAQUIN (1867), Emile ZOLA évoque la vie d’une jeune fille adoptée par sa tante. Le deuxième extrait, « L’ébauche de l’assommoir (1868) » nous montre une femme du peuple mariée à un ouvrier vivant dansla misère. Le troisième extrait « Le carnet d’enquête (1868) » nous montre une femme aisée vivant dans une maison cossue. Enfin, dans le dernier extrait « La grande maison prend vie (1868) »,l’héroïne perd tout ce qu’elle a pu acquérir.
Le roman naturaliste est-il un laboratoire scientifique ?
Il apparait nécessaire d’étudier dans un premier temps l’étude des tempéraments, puis dans un secondtemps l’influence du milieu des héroïnes des extraits des textes respectivement cités.

Développement :
On remarque tout d’abord que l’écrivain Emile ZOLA nous présente des extraits de romans dontles héroïnes ont des tempéraments et caractères différents.
En effet, dans le premier extrait du texte, l’héroïne se nomme Thérèse RAQUIN. Il s’agit d’une fille d’origine indigène. Elle est adoptéepar sa tante et vivra toute son enfance, dans l’enfermement et dans le même lit que son cousin, Camille. Elle est une jeune fille au tempérament nerveux.Dans le deuxième extrait de texte, l’héroïne, Gervaise MACQUART, est une femme du peuple. Elle est mariée à un ouvrier. Ce couple vit dans un quartier très populaire, dans la misère,l’alcoolisme, la débandade de la famille, les coups. Malgré ces conditions de vie, Gervaise MARQUART est une femme au tempérament calme, passionnée, sensible et aimant tout le monde.Dans le troisième extrait, Gervaise MACQUART incarne une femme aisée, vivant dans une maison cossue. Elle vit...
tracking img