Cours de psychologie sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2405 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les bases de la psychologie sociale
Cognition et influence sociale

I. Urdapiletta, J.Brandibas

Définition
Branche de la psychologie, son approche est à la fois individuelle et collective

I. Urdapiletta, J.Brandibas

Son objectif :
Étudier la compréhension que le sujet a de son environnement et la manière dont il est influencé par lui

I. Urdapiletta, J.Brandibas

Définitions 





Étudier le lien entre individu et collectif Elle est donc l’étude de l’interaction sociale, de l’échange Expliquer comment se conjuguent individuel et collectif La psycho sociale est sensible aux déterminismes internes et externes des conduites



Expliquer :




Comment l’individu s’adapte à la société, aux normes, s’intègrent à leur milieu Comment ils participent àla création de normes et comment ils peuvent modifier leur contexte social

I. Urdapiletta, J.Brandibas

En résumé




lorsqu’un individu évalue un objet social (ex. attitudes visà-vis de l’écologie, des sdf, des gros, etc.) il le fait au travers de la perception d’autrui (son groupe, social, culturel) La perception de l’objet par le sujet est le fruit d’une médiatisation

I.Urdapiletta, J.Brandibas

Objet et domaines
Contenus et modes de pensée des sujets, comportements Domaines ; travail, ressources humaines, santé, relations interculturelles, justice, éducation

I. Urdapiletta, J.Brandibas

Introduction: exemples


Asch (1951) utilise un paradigme expérimental dans lequel le groupe émet un jugement contraire à l’évidence perceptive…


  L’expérimentateur informe des sujets qu’ils vont participer à une expérience destinée à tester l’exactitude de leur perception visuelle… 7 Sujets compères + 1 sujet naïf Les sujets passent par groupe de 8 Les compères les réponses –unanimes et fausses _

I. Urdapiletta, J.Brandibas

La tâche : déterminer la ligne sur le carton de droite ayant la même longueur que la ligne étalon

I. Urdapiletta,J.Brandibas

Tâche des sujets






Présentation de 2 cartons rectangulaire à un mètre de distance sur un tableau Une ligne noire étalon est dessinée sur le carton gauche. 3 lignes noires sont dessinées sur le carton de droite L’une de ces lignes a la même longueur que celle sur le carton de gauche

I. Urdapiletta, J.Brandibas

18 essais (12 critiques + 6 sans influence)
 Résultats : Les sujet des la condition contrôle ne font quasiment jamais d’erreurs (2 sujets sur 37 ont fait une erreur)

  



Conditions expérimentales : 13 sujets sur 50 restent indépendants (26%) 15 (30%) se conforment à la pression du groupe au moins une fois sur deux 22 (40%) se conforment moins d’une fois sur deux

I. Urdapiletta, J.Brandibas







Contrôle : n=37 chaquesujet donne sa réponse par écrit Expérimentation : n=50, chaque sujet donne sa réponse à haute voix L’ordre de prise de parole n’est pas défini à l’avance

 



Donc 70% émettent des jugements erronés, par conformité au groupe lors même qu’il sait que sa réponse est à l’opposé de ce que ses sens lui indiquent Asch analyse ainsi l’effet sur l’individu de la pression vers la conformité exercéepar le groupe : le conformisme social

I. Urdapiletta, J.Brandibas

Sommes nous des moutons de Panurge?




26% ne se sont jamais ralliées aux réponses fausses du groupe, mais 74% l’ont fait au moins une fois sur deux N’a-t-on jamais applaudi à un spectacle par suivisme?



On se conforme par :
 

Identification : ex. Les adolescents Intériorisation : On change d’opinion siune personne est experte, sincère ou digne de confiance

I. Urdapiletta, J.Brandibas

Pourquoi ?




Par peur de ne pas connaître l’information : si plusieurs sont d’accord, c’est qu’elles ont raison : » Elles ont une info que je n’ai pas » Par suivisme pour éviter des conséquences négatives même si on rejette en privé l’idée de la majorité (Kelman, 1958)



Des facteurs :...
tracking img