Cours sociologie du travail

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2079 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sociologie du travail le 19 octobre 2010 |

Introduction à la notion de travail :
Sociologie : analyse scientifique de la société : famille, sport, organisation de la famille
* Etudes des facteurs étudiant l’apparition et l’influence de certains phénomènes.
Thèse de Durkheim : père fondateur de la sociologie avec sa thèse sur le suicide. Le phénomène étant répandu il en constate quec’est un phénomène social.
Définition du paradigme : théorie scientifique élaborée par rapport à un concept comme par exemple le travail.
Les 2 grands paradigmes en sociologie :
L’individu est perçu soit en tant qu’agent soit en tant qu’acteur :
* L’individu agent : déterminisme (l’individu est déterminé par l’appartenance de classe, par la structure sociale à laquelle ilappartient) (exemple : Karl Marx, Pierre Bourdieu (théorie selon laquelle les activités sont déterminées par les CSP, ex : à saint tropez ils font de la pétanque pas par gout mais car la bas c’est comme ca. Toujours selon Bourdieu : l’inégalité scolaire est du au fait que l’école reproduit un académisme ce qui est valorisé au sein de l’école. Ce sont des choses détenues par les classes aisées).
*L’individu acteur : rationalité : il a une marge de liberté, quête de profit personnel 
(Exemple : Adam Smith, Crozier, Weber (il parle de rationalité, notion de choix de mobilité sociale, Raymond Boudon)

Déterminisme
Marx Durkheim Smith/Keynes Libéralisme

Marxisme : capitalisme d’état, l’état régule tout.

Le travail est une notion centrale puisqu’il cristallise plusieurs notions :* l’organisation du travail : c'est-à-dire la structure ;
* en termes d’espace : open space ou bureau individuelle : la façon de prévoir l’espace à une influence sur le comportement ;
* le temps de travail ;
Les représentations sociales vis-à-vis du travail : il peut être vu come un moyen de réalisation, comme une intégration.
Il y 3 grandes marnières de voir le travail :
*Peine ;
* Acte créatif : cela implique la réalisation de soi par le travail ;
* Acte transformation 2 aspects : sur la tâche en elle-même (transformer une matière première en produit fini) ou sur les revendications collectives de transformation de la société (congés payés en 1936 va transformer totalement la société car plus de loisirs, plus d’autonomie, création de nouveaux services :voyages, sports …) ;

Dans l’école classique libérale, le travail peut être vu positivement selon Adam Smith et Spencer
Il peut aussi être vu comme un facteur d’aliénation (Marx).
Il peut être perçu comme un facteur de ciment social (Durkheim : il dit que le travail a des dimensions morales.)
A. HERBERT SPENCER (1820-1903) : darwinisme social
Darwin : sélection naturelle va faire que cesont les meilleurs les plus aptes qui vont survivre et les autres vont disparaitre.
Fin XIXème : révolution industrielle, pasteur : médecine. Courant de pensée qui tente d’expliquer toute l’histoire et de trouver quels sont les phénomènes. C'est-à-dire l’homme peut maitriser l’environnement, la nature, avoir une solution à tous les maux de la société de la maladie. Dans cette période : positivismePoint de vue d’Herbert Spencer :
Dans les sociétés primitives les rôles de chacun sont définies, il n’y a pas de liberté individuelle.
Dans les sociétés à forte division du travail (sociétés industrielles), tout le monde n’a pas le même rôle, le même statut, le même travail : la il y aune autonomie une marge d’action pour tous les individus. Face à l’état, tous les individus auront les mêmesdroits.
Selon Spencer, le moteur de l’évolution se trouve dans la sélection des meilleurs. Comme dans la nature, seuls les plus aptes survivent.
L’évolution doit passer par la libre concurrence. S’il n’y a pas celle-ci, la sélection se fait mal, il n’y a donc pas de progrès.
Le darwinisme social va s’appuyer sur les écrits de Spencer.
Dans ce système (darwinisme et spencer) on refuse...
tracking img