Crise grecque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (896 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Dette extérieure public et privée de la Grèce à des répercussions a l’internationale car 80 % des actifs grecque sont détenus par des étrangers.
Ainsi, la crise grecque a fait chuter laconfiance des investisseurs étrangers en provoquant une baisse des bourses mondiale et une baisse sur le marché du FOREX de la monnaie unique. En effet a l’époque de la crise (fin novembre 2009) l’eurotutoyant les 1,5 dollars alors que maintenant il s’échange au tour de 1€ pour $1,38
La crise grecque fait chuter l’Euro, notamment en ce qui concerne la parité Euro-Dollar. En effet, les opérateurscraignent que les difficultés de la Grèce se propagent au sein de la Zone Euro. Plusieurs autres pays membres se trouvent dans des situations de déficits budgétaires extrêmes, et les investisseurs estimentqu’il y a un risque de crise généralisé de la Zone Euro dans son ensemble. Personne ne veut donc acheter d’Euros, et les investisseurs se reportent volontiers sur le Dollar, particulièrementplébiscité en cette période d’incertitude sur la reprise mondiale, en raison de son statut de valeur refuge.

Aide extérieur par des états ou agent économique

« La Grèce, qui connaît de graves difficultésbudgétaires, souhaite que la Chine achète des obligations de l'Etat grec, c'est-à-dire des bons du trésor pour une somme pouvant aller jusqu'à 25 milliards d'euros, a affirmé mercredi le FinancialTimes. La banque américaine Goldman Sachs s'est chargée de promouvoir les titres de la dette grecque auprès du gouvernement chinois et notamment de l'Administration en charge des réserves de change(SAFE) qui gère les quelque 2.400 milliards de dollars de devises de la Chine, précise le quotidien financier britannique. Le président de la banque d'investissement Gary Cohn s'est lui-même rendu par deuxfois depuis novembre en Grèce pour y rencontrer le Premier ministre George Papandreou notamment.
Pékin n'a pas accepté d'acheter autant de bons d'Etat mais après le second voyage en Grèce ce...
tracking img