Critique de fukuyama

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1828 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Maurice Lagueux | |
|Professeur de philosophie et d'économie à l'Université de Montréal. |
|[pic] |
|[pic]|

|Présentation |
|Le philosophe Maurice Lagueux a consacré plusieurs pages de son dernier livre, Actualité de la philosophie de l'histoire, à la façon |
|plutôt inattendue dont Fukuyama a fait revivre une manière depenser l'histoire qui semblait à jamais discréditée. |

|Extrait |
|«Les événements continueraient donc de se succéder après une éventuelle fin de l'histoire, mais la maîtrise de ces principes fondamentaux |
|serait désormais acquise et neréserverait plus de surprises au sens où tout ajout à leur propos ne saurait être qu'assez marginal.» |

|[pic] |
|[pic] |
|[pic]|
| |
|[pic] |
||
|Texte |
|«L'idée de sens de l'histoire et celle, qui lui est souvent associée, de fin de l'histoire n'ont guère trouvé de défenseursparmi les |
|philosophes les plus marquants du XXe siècle. Toutefois, les années 1990 ont vu inopinément renaître le débat autour de ces questions |
|à la suite de la publication par Francis Fukuyama d'une série d'articles intitulés «La fin de l'histoire?», rapidement suivie d'un |
|ouvrage portant le titre La fin de l'histoire et le dernier homme. Fukuyama entendait consacrer son ouvrage à cequ'il préfère appeler|
|«histoire universelle» ou «histoire directionnelle» plutôt que philosophie de l'histoire, mais la constance avec laquelle il prend |
|appui sur la philosophie de l'histoire de Hegel et le fait qu'il ait cherché à dégager la signification de l'histoire universelle |
|plutôt qu'à donner un simple aperçu de son déroulement ne laisse aucun doute sur le sens de sonentreprise. Il est important de |
|souligner d'entrée de jeu que le mot «fin», qui apparaît dans le titre de l'ouvrage et qui traduit bien le mot anglais «end» , connote|
|chez Fukuyama l'idée de clôture plutôt que celle de «but». L'insistance de l'auteur sur une «fin de l'histoire», qu'il faut comprendre|
|en ayant à l'esprit cette acception du mot fin, est probablement d'ailleurs ce qui ale plus contribué à susciter la réaction |
|généralement très négative qui a accueilli ses écrits. L'idée que l'histoire puisse arriver à une sorte de conclusion - idée qui se |
|rencontre aussi, occasionnellement, chez Hegel - compte parmi celles qui ont eu l'heur de choquer irrémédiablement presque tout |
|lecteur au XXe siècle. Quiconque se représente, avec Anthony Hartley...
tracking img